Fermer

Ghana: 7 candidats pour un fauteuil

Publié le 07/12/2016 à 14h40 Par Kofi Gabriel

#Politique
Nana Akufo-Addo

Nana Akufo-Addo, principal challenger du président John Dramani Mahama.

© Copyright : DR

#Autres pays : Sept candidats dont le chef de l’Etat sortant, John Dramani Mahama, sont en lice pour la présidentielle qui se déroule ce mercredi sur fond de morosité économique. Quelque 8.000 observateurs supervisent ce scrutin.

15 millions de Ghanéens se rendent aujourd'hui aux urnes pour des élections générales, censées non seulement désigner leur futur président, mais aussi choisir 275 députés.

Au pouvoir depuis 2012, John Dramani Mahama fera face à six autres postulants dont particulièrement le leader de l’opposition, Nana Akufo-Addo, du Nouveau parti patriotique (NPP), 72 ans, en lice pour la troisième fois dans la course présidentielle. Ce sera le véritable challenger de Dramani Mahama qui fait face à une certaine fronde à cause notamment de la morosité économique.

Outre le chef de file de l’opposition, une femme est candidate à cette élection. Il s’agit de Nana Konadu Agyeman-Rawlings, leader du National democratic party (NDP). L’ancienne première dame du pays sous l’ère de John Rawlings, entre 1982 et 2001, est une dissidente du NPP.


LIRE AUSSI :
Ghana-présidentielle: les électeurs choisiront entre Dramani Mahama et Akufo-Addo

Ghana: les rastas prêchent pour une élection présidentielle apaisée


Les résultats de l’élection présidentielle sont attendus ce jeudi 8 décembre. A l’issue du premier tour, si aucun candidat ne remporte plus de 50% des voix, un second tour est prévu au courant de ce mois de décembre.

Pour cette élection, la Coalition des observateurs électoraux nationaux (CODEO) du Ghana a déployé 8.000 observateurs sur toute l’étendue du territoire pour suivre le processus électoral de ce mercredi. A travers ce déploiement, la CODEO souhaite garantir des élections libres, équitables et transparentes.

«L’objectif de la CODEO est de promouvoir un processus électoral libre, équitable et transparent et aussi de faire observer l’événement à tous les niveaux», a expliqué Miranda Greenstreet, président de la CODEO.
Le 07/12/2016 Par Kofi Gabriel