Fermer

Afrique du Sud: le taux de chômage culmine à 27,7%

Mise à jour le 16/06/2017 à 13h08 Publié le 16/06/2017 à 13h07 Par Kofi Gabriel

#Politique
Afrique du Sud
© Copyright : DR

#Autres pays : L'Afrique du Sud compte désormais 6,2 millions de chômeurs. La situation risque encore de s'aggraver à cause de problèmes politiques et de la dégradation des notes du pays par les grandes agences de rating.

Jacob Zuma, en pleine tourmente à cause du scandale du GuptaLeaks, doit aussi faire face à une économie marquée par la récession et surtout par une forte hausse du taux de chômage.

Selon les dernières données de l’Agence nationale des statistiques, le taux de chômage atteint 27,7% au premier trimestre 2017. Il s’agit de son haut niveau depuis 2004. Le nombre de chômeurs a ainsi augmenté de 433.000 personnes au titre du premier trimestre 2017 pour atteindre 6,2 millions de chercheurs d’emplois.


LIRE AUSSI : Afrique du Sud: l'économie sud-africaine est entrée en récession


Pire, ces statistiques ne tiennent comptent que des chômeurs qui continuent à chercher du travail et qui sont donc répertoriés. En prenant en compte ceux qui ont arrêté de chercher du travail, le taux de chômage grimpe à 36,4%.

La situation risque de se corser davantage dans les mois à venir. En effet, l’économie sud-africaine, entrée en récession au premier trimestre 2017, risque de ne pas pouvoir sortir rapidement de la crise qui la touche en raison d'un fort ralentissement de l'activité. 

Le limogeage du ministre des Finances, Pravin Gordhan, et la dégradation de la note du pays par les grandes agences de notation avec des conséquences sur l’investissement risquent de pénaliser la création d’emplois dans un certain nombre de secteurs, et ce pendant de longs mois.


LIRE AUSSI : Afrique du Sud: les GuptaLeaks pourraient faire chuter Zuma


Rappelons que la croissance devrait logiquement atteindre 1% au titre de cette année et 1,5% en 2018, selon les prévisions de la Banque centrale sud-africaine. Toutefois, ces taux pourraient ne pas être atteints, vu la dégradation de la situation politique liée aux accusations de corruption dont fait l'objet le président Jacob Zuma et la conjoncture économique du pays qui ne cesse de se détériorer, malgré un environnement favorable avec un retour de la pluie après deux années de sécheresse et une évolution favorable des cours des métaux (or, platine, cuivre, etc.). Lors du dernier trimestre 2016, le PIB a baissé de -0,3% avant d'atteindre -0,7% au début du premier trimestre 2017.
Le 16/06/2017 Par Kofi Gabriel