Politique

Egypte: un programme ambitieux de 20 villes nouvelles de 4e génération

L’Egypte compte construire 20 villes nouvelles de 4e génération pour désengorger les grandes métropoles du pays et faire face à l’augmentation de sa population. La nouvelle capitale administrative, qui fera partie de ce programme, nécessitera à elle seule un investissement de 40 milliards d’euros.

Par Moussa Diop
Le 11/09/2018 à 13h38, mis à jour le 11/09/2018 à 13h40
Nouvelle capitale d'Egypte
Maquette de la nouvelle capitale administrative d'Egypte. | DR

Après la nouvelle capitale administrative, le Premier ministre égyptien, Mostafa Madbouly, vient d’annoncer un ambitieux programme de construction de 20 villes nouvelles de 4e génération. 

Ces villes seront réalisées sur une superficie globale de 243 600 hectares et seront réparties sur tout le territoire égyptien. Elles pourront accueillir une population totale de 30 millions d’habitants. Selon le Premier ministre, le président Abdel Fattah al-Sissi accorde une grande attention aux villes nouvelles de 4e génération visant à améliorer la qualité de vie des Egyptiens et faire face à la forte croissance démographique. En plus, ces villes nouvelles offrent d'intéressantes opportunités de travail aux populations.

Le gouvernement égyptien n’a toutefois pas encore dévoilé le coût exorbitant pour la réalisation de ces 20 villes nouvelles.

Parmi ces villes, figure le projet pharaonique de la nouvelle capitale administrative, qui sera réalisé en plein désert et qui sort actuellement progressivement de terre. Cette nouvelle capitale, grande comme 7 fois Paris intra-muros, regroupera toutes les institutions égyptiennes (ministères, palais du gouvernement, parlement, etc.) et disposera de toutes les infrastructures d’une capitale : 1.200 lieux de culte dont une grande mosquée, des quartiers résidentiels, des autoroutes à 12 voies, etc.

Cette ville nouvelle, éloignée de 60 km du Caire, nécessitera, à elle seule, un investissement de 40 milliards d’euros pour une ville qui comptera à terme 6 millions d’habitants.

Parallèlement à ces projets de villes nouvelles visant à désengorger les métropoles égyptiennes, et à faire face à l’augmentation rapide de la population, le pays compte lancer une campagne de planification familiale pour limiter les naissances. Avec le slogan «Two are enough», le gouvernement s'apprête à sensibiliser les Egyptiens aux risques d’une augmentation rapide de la population. Selon les estimations, l’Egypte compterait un peu plus de 100 millions d’habitant, dont 92,7 millions vivant en Egypte et 8 millions à l’étranger. Et si aucune mesure n’est prise pour freiner cette croissance démographique, le pays comptera 200 millions d’habitants à l’horizon 2100.

Par Moussa Diop
Le 11/09/2018 à 13h38, mis à jour le 11/09/2018 à 13h40