Fermer

Egypte: deuxième phase des législatives

Mise à jour le 07/11/2020 à 15h56 Publié le 07/11/2020 à 15h56 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Egypte: jour de vote pour élire les députés

Un homme en masque glissant son bulletin dans l'urne dans un bureau de vote à Talibeya à Gizeh.

© Copyright : Crédit Khaled DESOUKI / AFP

#Autres pays : Les bureaux de vote ont ouvert samedi matin dans 13 gouvernorats d'Egypte pour la deuxième étape des élections législatives, les partisans du président Abdel Fattah al-Sissi se préparant déjà à la victoire.


Quelque 63 millions d'électeurs, sur une population de 101 millions, sont appelés à renouveler leurs parlementaires en élisant 568 députés sur un total de 596. Les 28 restants seront nommés par M. Sissi, dont la mainmise croissante sur la vie politique égyptienne s'est traduite par une mise au pas quasi totale de l'opposition.

La première phase de ces élections a eu lieu fin octobre et ne concernait que 14 régions égyptiennes, dont Alexandrie, Assouan et plusieurs autres grandes villes.

La seconde phase des élections (composée de deux tours) se tient donc dans les 13 régions égyptiennes restantes, dont celles du Caire, du delta du Nil et du canal de Suez.


>>>LIRE AUSSI: Egypte: jour de vote pour élire près de 570 députés

Le nouveau Parlement élu sera le deuxième depuis l'arrivée à la tête de l'Etat de M. Sissi, ex-général devenu président en 2014 après avoir évincé lors d'un coup d'Etat militaire son prédécesseur, l'islamiste Mohamed Morsi.

Les seconds tours des élections auront lieu courant novembre et décembre, les résultats définitifs seront dévoilés le 14 décembre et les nouveaux députés prendront leur fonction en janvier 2021, à la fin du mandat de l'actuel Parlement.

Elue en 2015, l'actuelle chambre basse est dominée dans son écrasante majorité par une coalition progouvernementale emmenée par le parti "Mostakbal Watan" ("Futur d'une nation").


>>>LIRE AUSSI: Egypte: en pleine pandémie du Covid-19, les transferts de la diaspora ont atteint un niveau record

Sous la présidence Sissi, l'Egypte a réduit au silence l'opposition islamiste comme libérale: les Frères musulmans --longtemps la principale faction de l'opposition qui fait l'objet depuis 2013 d'une répression implacable--, les militants de gauche, les journalistes et les blogueurs.
Le 07/11/2020 Par Le360 Afrique - Afp