Fermer

Ethiopie: Tout ce qu'il faut savoir sur le conflit au Tigré, région minoritaire et puissante

Mise à jour le 10/11/2020 à 10h11 Publié le 10/11/2020 à 10h06 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Ethiopie: Tout ce qu'il faut savoir sur le conflit au Tigré

Des militiens de la province Amhara (Photo prise à travers les vitres d'une voiture).

© Copyright : EDUARDO SOTERAS / AFP

#Autres pays : L'offensive militaire éthiopienne contre la région dissidente du Tigré est l'aboutissement de mois de tensions entre le gouvernement fédéral et les dirigeants de la minorité tigréenne, longtemps tout-puissants détenteurs des leviers de pouvoir de l'Ethiopie fédérale.


Cette opération, qualifié de "guerre" par l'armée éthiopienne, fait peser de lourdes craintes sur la stabilité du deuxième pays le plus peuplé d'Afrique (plus de 100 millions d'habitants).

- Pourquoi le Tigré compte?


Situé dans l'extrême Nord de l'Ethiopie, le Tigré est un des dix Etats semi-autonomes qui forment la fédération éthiopienne, organisée sur des bases ethniques.

Bordé à l'ouest par le Soudan et au nord par l'Erythrée, il abrite essentiellement des Tigréens, qui constituent 6% de la population nationale.

A partir de 1975, la rébellion tigréenne du Front de libération des peuples du Tigré (TPLF) a mené la lutte contre le régime militaro-marxiste du dictateur Mengistu Haïlé Mariam, qui tombe en 1991.


>>>LIRE AUSSI: Ethiopie: l'armée bombarde plusieurs zones du Tigré

Le TPLF a dominé ensuite la coalition qui régna sans partage sur l'Ethiopie jusqu'à ce que Abiy Ahmed, issu de la plus grande ethnie du pays, les Oromo, devienne Premier ministre en 2018.

Les Tigréens, qui occupèrent une place prédominante dans l'armée éthiopienne, furent également en première ligne dans la guerre entre 1998 et 2000 contre l'Erythrée voisine, déclenchée notamment pour des différends territoriaux.

La guerre fut officiellement déclarée terminée en 2018, à l'initiative d'Abiy Ahmed, ce qui lui valu son prix Nobel.

- Pourquoi la situation s'est-elle envenimée?


Depuis l'arrivée de M. Abiy, les dirigeants tigréens se plaignent d'avoir été progressivement écartés à la faveur de procès pour corruption ou de remaniements de l'appareil sécuritaire.

En 2019, le TPLF est de facto passé dans l'opposition en refusant la fusion de la coalition au pouvoir en un seul parti, le Parti de la Prospérité, voulue par M. Abiy.


>>>LIRE AUSSI: Ethiopie: le Premier ministre a limogé le chef de l'armée en plein conflit avec le Tigré


En septembre, le Tigré a organisé ses propres élections, défiant le gouvernement qui avait reporté tous les scrutins en raison du Covid-19.

Addis Abeba considère désormais illégal le gouvernement régional du Tigré, qui à son tour ne reconnaît pas de légitimité au Premier ministre.

Le 4 novembre, M. Abiy a accusé le TPLF d'avoir franchi la "ligne rouge" en attaquant deux bases de l'armée fédérale au Tigré, justifiant une riposte militaire.

Le TPLF a à son tour accusé le Premier ministre d'avoir inventé cette histoire pour justifier son intervention militaire.

- Que se passe-t-il à présent?


Malgré un black-out total sur les opérations militaires, apparaissent les premiers signes de combats, apparemment nourris, entre armée éthiopienne et forces tigréennes (composées d'une force paramilitaire et d'une milice).

Les combats se concentreraient dans l'Ouest du Tigré, près de la frontière avec la région Amhara.


>>>LIRE AUSSI: Ethiopie: une centaine de soldats blessés par balles dans le conflit au Tigré


Une centaine de soldats éthiopiens ont été hospitalisés pour des blessures "par balles", a indiqué dimanche à l'AFP un médecin de l'Amhara.

L'aviation éthiopienne a mené plusieurs raids depuis le début du conflit, sans qu'on n'en connaisse ni les objectifs ni les conséquences.

Des troupes fédérales font mouvement vers le Tigré depuis d'autres endroits du pays, une manoeuvre destinée semble-t-il à encercler la région.

Question toujours sans réponse depuis le début des hostilité: qui contrôle le Commandement Nord de l'armée fédérale, installé au Tigré et richement doté en équipements militaires?

Le TPLF affirme qu'il a rejoint la cause tigréenne, ce que dément Addis Abeba.

- Quelles conséquences possibles?


Les forces du Tigré sont estimées à 250.000 hommes, de quoi alimenter une guerre "longue et meurtrière", selon le groupe de prévention des conflits International Crisis Group (ICG).

M. Abiy, qui vise le renversement du gouvernement régional, promet de circonscrire le conflit au Tigré. Mais déjà la région Amhara, que d'anciens différends territoriaux oppose au Tigré, est impliquée aux côtés des forces fédérales.

L'ICG met en garde: si le conflit n'est pas rapidement stoppé, il sera "dévastateur", tant pour le pays que pour le reste de la Corne de l'Afrique.


>>>LIRE AUSSI: Ethiopie: la dissolution du parlement et du gouvernement du Tigré adoptée

Les voisins de l'Ethiopie - Soudan, Somalie, Erythrée et Djibouti - pourraient subir les contrecoups du conflit, notamment un afflux de réfugiés, et l'Erythrée être tentée de régler de vieux comptes avec le TPLF.

L'armée éthiopienne joue par ailleurs un rôle important en Somalie, où elle lutte contre les islamistes radicaux shebab.

Cette guerre vient également troubler l'agenda de réformes démocratiques du Premier ministre et plus largement ses efforts pour la paix dans la région, sur fond d'élections générales désormais prévues en 2021.

En l'état, rien ne semble pouvoir le faire reculer: lundi, il promettait que "l'opération de maintien de l'ordre" en cours serait terminée "sous peu".
Le 10/11/2020 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi