Fermer

Sommet sur les violences faites aux femmes: six chefs d'Etats africains prônent la "masculinité positive"

Mise à jour le 25/11/2021 à 22h12 Publié le 25/11/2021 à 22h10 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Sommet sur la masculinité
© Copyright : DR

#Autres pays : Une demi-douzaine de chefs d'Etat africains réunis jeudi à Kinshasa, en RDC, autour du président de l'Union africaine, Félix Tshisekedi, pour un sommet sur la "masculinité positive", se sont solennellement engagés à lutter contre les discriminations et les violences contre les femmes et les filles.

Le président de RDC Félix Tshisekedi, président en exercice de l'Union africaine, a convié ce sommet à l'occasion du 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Les violences sexuelles dans les conflits, le mariage et les grossesses précoces, les mutilations génitales, l'accès limité à la terre étaient notamment au programme.

"Mobilisons-nous en actes (...) pour une société plus respectueuse des droits fondamentaux de la femme", a-t-il lancé, aux côtés de ses homologues rwandais (Paul Kagame), congolais (Denis Sassou Nguesso), ghanéen (Nana Akufo-Addo), togolais (Faure Gnassingbé) et sénégalais, Macky Sall, qui lui succèdera en janvier à la présidence de l'UA.



A l'issue de la conférence, une "déclaration" en dix points a été adoptée, dans laquelle les chefs d'Etat affirment "condamner toutes les formes de discriminations et de violences faites aux femmes et aux filles".

>>> LIRE AUSSI: Sénégal: inquiétude autour de la hausse des cas de violences faites aux femmes

"Nous nous engageons à veiller à ce que les politiques et les mesures nécessaires soient mises en place par les Etats pour s'attaquer fermement à toute forme d'impunité", ajoute la déclaration.

Nous "lançons la campagne de l'Union africaine pour mettre fin aux violences faites aux femmes et aux filles et mettons en oeuvre une politique de tolérance zéro à l'égard (de ces violences) dans les situations de conflit et de post-conflit", poursuivent les chefs d'Etat.

Les présidents s'engagent à adopter "une convention de l'UA" qui "servira de cadre juridique pour mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles en Afrique".

>>> LIRE AUSSI: Vidéo. Violences faites aux femmes: le Gabon rompt avec l'omerta et sensibilise les potentielles victimes

Ils promettent de mobiliser "les jeunes, les leaders religieux et traditionnels, la société civile, les leaders africaines, le secteur privé" et à oeuvrer pour "l'autonomisation et l'inclusion économique et financière des femmes".

Ils assurent encourager et soutenir "la participation active et le leadership des femmes et des filles dans toutes les sphères, politiques, sociales, culturelles et économiques". Et ils demandent aux hommes d'être des "modèles" pour les garçons, "afin que les hommes leaders de demain s'approprient les valeurs fondamentales qui définissent les expressions positives de la masculinité en Afrique".
Le 25/11/2021 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi