Politique

Libye: le Parlement nomme Fathi Bachagha nouveau Premier ministre et défie le gouvernement

Le Parlement libyen a désigné jeudi l'influent ex-ministre de l'Intérieur Fathi Bachagha pour remplacer Abdelhamid Dbeibah à la tête du gouvernement, lors d'un vote controversé susceptible d’exacerber les luttes de pouvoir en Libye.

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 10/02/2022 à 14h09, mis à jour le 10/02/2022 à 14h21
Fathi Bachagha
Fathi Bachagha, ministre de l'Intérieur de la Libye. | DR

Ces dernières semaines, Dbeibah, basé dans la capitale Tripoli (ouest), a pourtant fait savoir qu'il ne céderait le pouvoir qu'à un gouvernement sorti des urnes, critiquant les intentions du Parlement.

«Le Parlement vote à l'unanimité la confiance à Fathi Bachagha comme chef du gouvernement», a indiqué le porte-parole du Parlement, Abdallah Bliheq à l'issue d'une séance à Tobrouk (est).

Le Parlement avait retenu, après un appel à candidatures, deux prétendants sur un total de sept: Bachagha, 59 ans, et l'outsider Khaled Al-Bibass, 51 ans, un ancien haut fonctionnaire au même ministère.

Avant de faire procéder au vote, le président du Parlement Aguila Saleh, l'un des principaux rivaux du gouvernement Dbeibah, a affirmé que Bibass avait retiré sa candidature, laissant Bachagha seul en lice.

La séance était retransmise en directe avant d'être interrompue au moment du vote. Cité par des médias libyens, Bibass a démenti avoir retiré sa candidature.

Bachagha et Dbeibah, tous deux originaires de l'ouest du pays, disposent chacun du soutien de groupes armés en Tripolitaine. Les deux hommes politiques, qui entretiennent une âpre rivalité, étaient aussi candidats à l'élection présidentielle qui était prévue en décembre avant d'être reportée sine die.

«Je n'accepterais aucune nouvelle phase de transition ou autorité parallèle», a averti Dbeibah mardi dans un discours télévisé, en affirmant que son gouvernement intérimaire ne remettrait le pouvoir qu'à «un gouvernement élu».

La Libye s'est enlisée dans une crise politique majeure après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Après des années de conflits armés et de divisions entre l'Est et l'Ouest, le gouvernement Dbeibah a été mis sur pied il y a un an, sous l'égide de l'ONU, pour mener la transition d'ici une double élection présidentielle et parlementaire initialement prévue le 24 décembre mais qui n'a finalement pas eu lieu.

Censées être l'aboutissement de l'interminable transition post-Kadhafi, ces élections ont été reportées, sur fond de désaccords entre un pouvoir à l'Est incarné par le Parlement et le maréchal Khalifa Haftar, et un autre à l'Ouest autour du gouvernement Dbeibah et du Haut Conseil d'Etat, instance faisant office de Sénat.

Le Parlement basé à Tobrouk estime que le mandat de l'exécutif a expiré avec le report des élections, mais l'exécutif assure que sa mission est censée durer jusqu'à la désignation d'un gouvernement sorti des urnes.

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 10/02/2022 à 14h09, mis à jour le 10/02/2022 à 14h21