Fermer

Sécurité et coups d'Etat en Afrique au menu d'un mini-sommet au Congo

Publié le 13/02/2022 à 07h16 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
militaire et coup d'etat
© Copyright : DR

#Autres pays : Quatre chefs d'Etat africains ont tenu un mini-sommet samedi à Oyo, dans le nord du Congo-Brazzaville, pour débattre de la sécurité dans la région des Grands lacs et des récents coups d'État successifs en Afrique de l’Ouest, a-t-on appris de source officielle.

Les échanges entre les présidents Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville, Félix Tshisekedi de la République démocratique du Congo, Yoweri Museveni d’Ouganda et Faure Gnassingbé du Togo ont porté essentiellement sur l’évolution de la situation politique et sécuritaire en Afrique centrale et en Afrique de l’Ouest, selon le communiqué final de la réunion.

«Ils ont longuement évoqué les opérations conjointes que mènent les armées de l’Ouganda et de la République démocratique du Congo dans la partie Est de ce dernier pays, visant à éradiquer les rebelles des Forces démocratiques alliées [...] et les autres forces négatives qui menacent la paix et la stabilité dans ces deux pays», indique le texte distribué à la presse.

>>> LIRE AUSSI: Guinée-Bissau: le président Embalo échappe à un nouveau coup d'Etat en Afrique de l'Ouest

Présentés par l'organisation jihadiste Etat islamique (EI) comme sa branche en Afrique centrale, les Forces démocratiques alliées (ADF) sont accusées de nombreux massacres dans l'est de la RDC, où ils sont installés depuis les années 1990, et de récents attentats jihadistes sur le sol ougandais.

La rencontre d'Oyo a apporté son plein soutien aux opérations militaires conjointes engagées Kinshasa et Kampala contre ces rebelles.

«Il faut serrer les rangs pour faire barrage à ces fâcheux ADF qui ont fait allégeance à l’État islamique et qui semblent à présent décidées à imposer leur loi dans les pays du Bassin du Congo», a expliqué une source diplomatique congolaise à l’AFP à Brazzaville.

>>> LIRE AUSSI: L'Union africaine condamne la "tentative de coup d'Etat" au Burkina Faso

Les quatre chefs d’État ont également réitéré leur soutien total à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), dans le cadre des mesures prises à l’encontre du Mali, de la Guinée et du Burkina Faso, après les coups d'Etat survenus dans ces trois pays depuis mai 2021.

«Ils cherchent à mieux comprendre ce qui se passe en Afrique de l'Ouest et à s'en prémunir», a affirmé la même source diplomatique.

Invités, les présidents d’Angola, du Burundi et du Rwanda n’ont pas fait le déplacement d’Oyo en raison de leurs agendas chargés, a-t-on ajouté.
Le 13/02/2022 Par Le360 Afrique - Afp