Fermer

Plus de 500 Casques bleus éthiopiens du Tigré demandent l'asile politique au Soudan

Mise à jour le 24/04/2022 à 07h22 Publié le 24/04/2022 à 07h16 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Casques bleus
© Copyright : DR

#Autres pays : Crainte pour leur sécurité et protestation contre le sort fait au Tigré: plus de 500 Casques bleus originaires de cette région éthiopienne en conflit avec Addis Abeba ont refusé de rentrer en Ethiopie à l'issue de leur mission onusienne et demandé l'asile politique au Soudan.

Ces soldats éthiopiens étaient membres de la Fisnua, la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei - zone contestée entre le Soudan et le Soudan du Sud -, dont l'Ethiopie fournissait jusqu'à récemment l'essentiel des effectifs militaires, soit 3.300 hommes.

Le contingent éthiopien a été récemment remplacé par une force multinationale, sur fond de tensions croissantes entre Addis Abeba et Khartoum, en raison d'un autre contentieux frontalier entre eux et de l'impasse des négociations sur le Grand barrage de la Renaissance (Gerd) construit par Addis Abeba sur le Nil et considéré comme une menace par le Soudan.

«Le rapatriement du gros des Casques bleus éthiopiens est terminé. Un certain nombre d'entre eux ont choisi de ne pas rentrer et ont demandé une protection internationale», a confirmé à l'AFP un porte-parole des Opérations de maintien de la paix de l'ONU à New-York.

«Ils sont protégés par l'ONU dans un endroit sécurisé. La responsabilité de leur accorder l'asile appartient aux autorités soudanaises, lesquelles sont assistées par le Haut Commissariat au Réfugiés (HCR) de l'ONU pour recevoir ces personnes», a-t-il ajouté.

>>> LIRE AUSSI: ONU: quinze Casques bleus originaires du Tigré refusent un retour en Ethiopie

Au total, 528 militaires éthiopiens originaires du Tigré ont refusé de rentrer en Ethiopie et ont demandé l'asile au Soudan, a de son côté expliqué à l'AFP un de ces ex-Casques bleus tigréens, le commandant Gebre Kidane, 40 ans, joint par téléphone à Abyei. Ce chiffre a été confirmé par deux de ses camarades également joints par l'AFP.

«Nous avons déposé une demande d'asile le 4 mars» dernier pour deux raisons: «rentrer en Ethiopie n'est pas sûr et nous voulons être la voix des gens du Tigré», a-t-il expliqué.

Sollicité par l'AFP sur le sujet et sur les craintes formulées par ces militaires, le gouvernement éthiopien n'a pas répondu dans l'immédiat.

Peur de "représailles"

La région du Tigré, dans l'extrême nord de l'Ethiopie, est depuis novembre 2020 le théâtre d'un conflit armé opposant le gouvernement fédéral aux rebelles du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF) - parti qui a gouverné de fait l'Ethiopie durant près de 30 ans jusqu'à l'arrivée au pouvoir en 2018 du Premier ministre Abiy Ahmed.

>>> LIRE AUSSI: Ethiopie: les drones turcs, arme clé dans l'évolution récente de la guerre

Arès une offensive initiale victorieuse, l'armée fédérale a été repoussée par le TPLF hors du Tigré. Les six millions d'habitants de la région (soit 6% de la population éthiopienne) sont privés depuis plusieurs mois des services de base (électricité, carburant, télécommunications, banques...) et l'aide humanitaire n'y entre qu'au compte-gouttes.

Depuis le début du conflit, un nombre indéterminé d'officiers tigréens ont été arrêtés, accusés de collusion avec le TPLF. Amnesty International a également fait état de nombreuses arrestations arbitraires de civils tigréens notamment à Addis Abeba et de la fermeture de commerces et d'entreprises appartenant à des Ethiopiens originaires du Tigré.

Des Casques bleus originaires du Tigré sont «précédemment rentrés en Ethiopie. Certains ont été arrêtés, d'autres tués», affirme le commandant Gebre Kidane. «Nous ne nous sentons pas que nous serons en sécurité si nous rentrons en Ethiopie».

«Les gens du Tigré vivent dans le noir et la communauté internationale observe en silence», a aussi dénoncé l'officier qui était en poste à Abyei depuis juillet 2020.

Un deuxième officier tigréen a confirmé à l'AFP avoir demandé l'asile comme ses camarades mais a refusé de s'exprimer, par peur de représailles sur sa famille.

>>> LIRE AUSSI: Ethiopie: un premier convoi d'aide humanitaire en trois mois s'apprête à entrer au Tigré

«Il y a plusieurs raisons pour lesquelles je ne devrais pas rentrer» en Ethiopie, a expliqué un troisième militaire tigréen, un officier supérieur qui a requis l'anonymat pour les mêmes raisons.

«D'abord pour exprimer ma forte opposition» à la guerre menée «contre mon peuple», mais aussi car, en tant que militaires tigréens, «nous avons une expérience et un savoir-faire militaire (...) et sommes donc considérés comme une force menaçante par le gouvernement» et «ciblés pour être éliminés», a-t-il affirmé.

Ses enfants comprennent sa décision, dit-il, «car si je rentre, ils savent ce qui va m'arriver».

«Nous sommes actuellement entre les bonnes mains du HCR et tout se passe bien jusqu'ici», a-t-il poursuivi, disant «espérer de meilleurs lendemains à venir».
Le 24/04/2022 Par Le360 Afrique - Afp