Fermer

Guinée équatoriale: des centaines de filles hospitalisées après avoir été vaccinées

Mise à jour le 19/05/2022 à 23h58 Publié le 19/05/2022 à 23h50 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
vaccins
© Copyright : DR

#Autres pays : Des centaines de jeunes filles ont été hospitalisées après avoir reçu le vaccin diphtérie-tétanos dans des établissements scolaires de Bata, la capitale économique de Guinée équatoriale, sans aucun décès ni cas grave signalé à ce stade, a indiqué jeudi le ministère de la Santé.

Mercredi, «102 filles de onze établissements scolaires de Bata ont été reçues à l'hôpital régional Damian Roku Epitie Monanga de Bata avec les symptômes suivants: étourdissements, agitation, faiblesse, maux de tête et douleurs dans le bras gauche. Parmi les patients, 99 avaient été vaccinés entre le 16 et le 18 mai du vaccin diphtérie/tétanos», a expliqué le vice-ministre de la Santé Mitoha Ondo'o Ayekaba, dans un communiqué lu à la télévision nationale.

Le lendemain, «223 cas au total ont été enregistrés à l'hôpital, dont 190 ont été vaccinés et 33 non-vaccinés et présentent les mêmes symptômes» que la veille, a-t-il poursuivi, précisant qu'aucun cas grave ni décès n'ont été enregistrés.

Sur les 7.000 jeunes femmes vaccinées dans le cadre de la semaine africaine de vaccination en Guinée équatoriale avec le même lot de vaccins (D2511), arrivé dans ce petit pays d'Afrique centrale en mars 2020, seules 1,4% ont perçu des effets indésirables, selon les autorités sanitaires.

>>> LIRE AUSSI: Cameroun: dans l'Est, mobilisation pour la réussite de la campagne de vaccination des moins de 5 ans

Le ministère équato-guinéen de la Santé retient l'hypothèse d'une «réaction hystérique collective» comme principale explication du phénomène.

Un groupe d'experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est néanmoins attendu dans les prochains jours pour analyser le lot de vaccins utilisé et pour faire un éventuel lien avec les hospitalisations.

Le vaccin contre la diphtérie/tétanos est administré aux jeunes femmes en âge de procréer pour prévenir le tétanos néonatal. Il permet de les protéger ainsi que leur nouveau-né qui n'a pas encore les capacités immunitaires pour se défendre.

Comme tout vaccin, il peut causer des effets secondaires généralement bénins comme des maux de tête ou des douleurs au bras. Il peut aussi entrainer dans des cas moins fréquents des étourdissements, nausées ou faiblesses, qui disparaissent entre 24 et 48 heures après son administration.
Le 19/05/2022 Par Le360 Afrique - Afp