Economie

Côte d’Ivoire: le port d’Abidjan voit ses rêves de grandeur récompensés

Le port d’Abidjan, qui ambitionne de devenir l’un des ports les plus compétitifs du continent, vient d’obtenir -et c’est une première en Afrique- les certifications ISO 9001 et 14001 versions 2015. D’importants investissements et chantiers d'agrandissement sont en cours.

Par Georges Moihet (Abidjan, correspondance)
Le 10/07/2018 à 09h27, mis à jour le 10/07/2018 à 09h29
port d'Abidjan
DR

Le port autonome d’Abidjan (PAA) est le tout premier port africain à décrocher les certifications ISO 9001 et 14001 versions 2015. Une reconnaissance internationale, délivrée par Afnor Certification, qui démontre qu’Abidjan offre les meilleurs services d’accueil des navires et opère selon les meilleurs standards internationaux en matière de gestion durable de l’environnement.

«Les nouvelles certifications obtenues s’ajoutent à celle relative à la conformité aux normes du code ISPS pour la sûreté des navires et des installations portuaires, pour renforcer la compétitivité de la plateforme portuaire d’Abidjan», s’est félicité la direction du PAA dans un communiqué ce lundi.

Premier port ouest-africain et le 9e en Afrique selon le classement de l’indice Hub Attractiveness du cabinet PwC publié en mai dernier, le port d’Abidjan glane de nouveaux points dans son ambition de devenir un port de référence entre ceux de Tanger au Maroc et de Durban en Afrique du Sud. De 2016 à 2019, ce sont 760 milliards FCFA, soit 1,16 milliard d’euros, d’investissements qui seront réalisés sur la plateforme, a indiqué en juin dernier Hien Sié, le directeur général.

Au nombre des projets les plus attendus, il y a l'extension du port avec la construction en cours d’un second terminal à conteneurs et l’élargissement- approfondissement du canal de Vridi, la porte d’entrée de la plateforme portuaire d’Abidjan.

D’un investissement de 560 milliards FCFA, obtenu auprès de la Chine, ces chantiers vont permettre à Abidjan de faire passer le tirant d’eau (profondeur du port) de 9 à plus de 16 mètres, afin d’accueillir les plus grands navires fréquentant les côtes africaines. Un privilège qui était jusque-là réservé au port de Lomé au Togo, et de Tema, au Ghana, deux concurrents avec lesquels Abidjan rivalise pour attirer le trafic des pays de l’hinterland (arrière-pays) comme le Burkina, le Mali et le Niger. 

Considéré comme le poumon économique ivoirien, le PAA représente aujourd’hui 60% du tissu industriel du pays et 80% de ses exportations. Fin 2017, il avait opéré un total de 22,5 millions de tonnes de marchandises.

Par Georges Moihet (Abidjan, correspondance)
Le 10/07/2018 à 09h27, mis à jour le 10/07/2018 à 09h29

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800