Culture

Niger: l’autonomisation de la jeune femme au centre de la 1ère édition du Festival africain de l’art féminin de Niamey

VidéoDémarré le 18 novembre 2022, le Festival africain de l’art féminin (FESTAAF) se veut un rendez-vous du donner et du recevoir, ainsi que de promotion et de partage d’expérience entre les femmes artisanes du continent.

Par Aboubacar Sarki (Niamey, correspondance)
Le 21/11/2022 à 15h23
FESTAAF NIGER ART FEMININ
La jeune femme au centre du premier Festaaf. | Le360

Cette première édition du Festival africain de l’art féminin vise à créer un cadre d’apprentissage, de partage d’expériences et des connaissances. Il se veut ainsi une plateforme destinée aux femmes issues de tous les corps de métiers, de l’entrepreneuriat, de l’artisanat, provenant essentiellement des pays membres de l’Union africaine. Le thème retenu pour cette première édition est: «Autonomisation de la jeune femme africaine, une voie sûre vers l’éradication de la pauvreté et une croissance économique inclusive».

«A travers le FESTAAF, nous faisons la promotion de la gente féminine, de la femme dans le sens entrepreneurial, culturel et intellectuel. Le FESTAAF est un festival qui veut montrer que les femmes ont aussi un potentiel, à travers des activités comme les foires, expositions, concerts et journées intellectuelles», explique Komla Habou, commissaire général de l’événement.

Vêtements, bijoux, objets de décoration, produits de transformation agro-alimentaire, médicaments traditionnels, chaussures... Tout le savoir-faire africain est réuni à ce festival, et l’initiative a reçu l’adhésion de tous. «Nous avons amené de belles robes faites de nos propres mains et beaucoup d’autres objets issus de l’artisanat. Nous attendons les femmes, elles doivent sortir massivement pour venir voir car les prix sont abordables», déclare Sara Bamba, exposante.

Plusieurs milliers de visiteurs sont attendus au FESTAAF pour promouvoir le made in Africa et soutenir l’art féminin. Fatouma Kako, participante, ne cache pas sa joie d’y être: «Je suis très contente d’assister à cette première édition du FESTAAF. C’est un festival d’envergure nationale et internationale. Vous l’avez constaté, toutes les femmes du secteur artisanal, de l’économie, de la transformation agro-alimentaire sont présentes ainsi que les femmes venues des autres pays de l’Afrique.»

Par Aboubacar Sarki (Niamey, correspondance)
Le 21/11/2022 à 15h23