Politique

Mali: Bamako a reçu de nouveaux hélicoptères de combat et radars russes

La junte militaire au pouvoir à Bamako a annoncé lundi avoir reçu pour les forces armées maliennes une nouvelle livraison d'équipement russe portant sur "deux hélicoptères de combat et des radars de surveillance".

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 18/04/2022 à 14h16
armements russes au Mali
DR

«Nous recevons ce deuxième lot d'équipements militaires en provenance de la Russie. C'est la manifestation d'un partenariat très fructueux avec l'État russe», a déclaré le général de division Oumar Diarra, chef d'état-major général, selon un communiqué de la Direction de l'information et des relations publique des armées (Dirpa).

Le compte Twitter de la présidence du Mali a diffusé des images du déchargement de la cargaison de l'avion cargo russe ayant acheminé le matériel jusqu'à l'aéroport international de Bamako.

Les colonels qui ont pris le pouvoir par la force en août 2020 dans un Mali en pleine tourmente sécuritaire se sont rapprochés de la Russie en même temps qu'ils se détournaient de la France, engagée militairement dans le pays contre les jihadistes depuis 2013.

Sur fond de crise diplomatique avec la junte, Paris a annoncé en février le retrait de ses soldats déployés au Mali, opération devant être achevée cet été.

La France et ses partenaires européens engagés à ses côtés au Mali dénoncent depuis plusieurs mois le recours fait selon eux par la junte aux services de la société privée russe de sécurité Wagner, aux agissements décriés. La junte dément et parle de partenariat ancien avec l'armée russe.

Bamako avait déjà réceptionné le 31 mars, deux hélicoptères de combat et des radars russes, des «hélicoptères d'attaque Mil Mi-35P» et des «systèmes radars mobiles 59N6-TE», selon la lettre d'information spécialisée Africa Intelligence.

«Si cet équipement permet au chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, de se prévaloir personnellement du renforcement [de l'armée malienne] avec l'appui de la Russie, c'est en réalité l'ex-président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), renversé par Goïta [...] qui est à l'origine de la commande», écrit Africa Intelligence dans une note publiée le 11 avril.

De même source, cette commande entrait dans le cadre d'un accord «conclu de gouvernement à gouvernement en 2019» et prévoyant l'achat d'hélicoptères «à des conditions financières sensiblement plus intéressantes» que celles proposées par le groupe européen Airbus.

Interrogé par l'AFP, un responsable de la communication au ministère de la Défense à Bamako a démenti ces informations. «Même les hélicoptères réceptionnés il y a deux semaines n'étaient [pas] des commandes du régime IBK [...] Nous ne reconnaissons pas de commandes d'un autre régime», a assuré ce responsable, sous le couvert de l'anonymat.

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 18/04/2022 à 14h16