Fermer
#Politique

Accord d’Alger: les protagonistes se retrouvent à Bamako pour sa relecture

Mise à jour le 03/08/2022 à 13h05 Publié le 03/08/2022 à 12h10 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Mali : Les parties signataires de l’accord pour la paix tiennent une réunion de 05 jours à Bamako. Cette «Réunion de niveau décisionnel des parties à l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali», du processus d’Alger se penche sur certains aspects de sa mise en œuvre.


Cette rencontre qui débute à Bamako ce mercredi 3 août 2002, s’inscrit en droite ligne des recommandations de la première réunion de niveau décisionnel tenue les 08 et 09 février 2021 à Bamako. Cette réunion vise à diligenter la mise en œuvre des actions prioritaires de défense de sécurité de l ‘accord pour la paix, la réconciliation au Mali.

Selon le chef de la MINUSMA, El-Ghassim Wane, les populations n’en peuvent plus d’attendre que se matérialisent les dividendes de la paix et la poursuite des groupes terroristes de leurs attaques meurtrières en différentes parties du territoire national exige que toutes les ressources, toutes les énergies soient mobilisées pour faire face à la situation.

La médiation internationale estime que la réussite de cette réunion marquera une étape décisive à cet égard. Elle enverra aussi un signale fort aux partenaires au sein de la communauté internationale et facilitera grandement la mobilisation de ressources importantes dont le Mali aura besoin pour traduire dans les faits des aspects importants du processus de paix y compris ceux relatifs économique et social. Selon lui, la conjoncture est propice, les vents sont favorables.

Ces dernières semaines ont été marquées par des avancées politiques significatives qu’atteste les mesures prises pour mener à bien les reformes politiques et le processus électoral y compris la mise en place d’une commission pour rédiger une nouvelle constitution. La transition en cours offre une opportunité unique pour parachever la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation laquelle, faut-il le rappeler participe aussi de l’entreprise en cours de refondation de l’Etat malien, tout doit être fait pour conforter cette dynamique a t’il conclu.

Le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga estime que les parties signataires de l’accord de paix doivent se focaliser seulement sur certains aspects de la mise en œuvre de l’accord que le gouvernement se veut intelligente et porteuse de solutions et de compromis dynamiques pour permettre à toutes les maliennes et à tous les maliens de cheminer ensemble dans la voie de la paix durable, de la stabilité, de la cohésion nationale et du vivre ensemble.   
Le 03/08/2022 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté