Politique

Vidéo. Mali: le Comité interparlementaire du G5 Sahel réuni à Bamako veut faire bouger les lignes

VidéoTenue ce jeudi au centre international des conférences de Bamako, la deuxième assemblée plénière du comité interparlementaire du G5 Sahel veut faire bouger les lignes dans les rapports entre exécutifs, forces de sécurité internationales et parlements des cinq pays.

Par Diemba Moussa Konaté (Bamako, correspondance)
Le 10/07/2021 à 13h57, mis à jour le 10/07/2021 à 14h00
Vidéo. Mali: le Comité interparlementaire du G5 Sahel réuni à Bamako veut faire bouger les lignes
Le360 / Diemba Moussa Konaté

Les parlementaires du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Burkina Faso et du Tchad se sont retrouvés à Bamako cette semaine lors de la deuxième assemblée plénière du comité interparlementaire du G5 Sahel, sous le thème: "Renforcer la participation citoyenne aux initiatives de développement et de paix au Sahel: rôle des parlementaires".

Cette rencontre entre les représentants du peuple des cinq pays a pour objectif de développer une nouvelle dynamique interparlementaire dans les négociations des hautes instances internationales sur les questions du Sahel.

Les participants affirment clairement vouloir impulser un changement dans la manière de résoudre la situation dans le Sahel en prenant part dans la recherche et la mise en place de solutions, aux côtés des exécutifs et des organisations internationales.

D’entrée de jeu, les présidents des Assemblées nationales des 5 pays du G5 ont fait le point de la situation politico-sécuritaire de leurs pays respectifs. Ils ont, à l’unanimité, invité la communauté internationale à renforcer davantage son soutien aux pays du G5 Sahel.

Pour sa part, le président du Conseil national de Transition du Mali (CNT, le colonel Malick Diaw, a rappelé que cette deuxième Assemblée plénière se tient dans un contexte marqué au Mali par un changement de leadership à la tête de la transition. Il estime que l’objectif ultime est de recadrer le processus de transition en cours pour lui donner plus de chance d’atteindre les objectifs qui lui sont assignés dans le sens souhaité par le peuple malien.

Par Diemba Moussa Konaté (Bamako, correspondance)
Le 10/07/2021 à 13h57, mis à jour le 10/07/2021 à 14h00