Economie

Mauritanie-Sénégal: signature d'une convention de location de bateaux de pêche artisanale

Les gouvernements de Mauritanie et du Sénégal ont signé une convention de location d'embarcations de pêche artisanale, hier, mercredi après-midi, au terme de 48 heures de négociations portant sur les aspects pratiques d'un accord de pêche qui avait été convenu à la fin juillet 2018.

Par Cheikh Sidya (Nouakchott, correspondance)
Le 20/12/2018 à 10h33, mis à jour le 20/12/2018 à 11h09
pêcheurs Sénégalais
pêcheurs Sénégalais | DR

Les gouvernements mauritanien et sénégalais ont signé hier, mercredi dans l'après-midi, à l’issue de 48 heures de négociations entre les délégations des deux pays, dans le cadre de pourparlers visant la mise en œuvre d’un accord de pêche signé le 30 juillet 2018, en marge du 31e sommet des chefs d'Etats et de gouvernements de l’Union Africaine (UA).

Cet accord a été signé par les ministres de la Pêche des deux pays, Yahya ould Abdedayem et son homologue sénégalais, Omar Gueye.

A l’issue de la cérémonie de signature, le ministre mauritanien de la pêche, Yahya ould Abdedayem, a expliqué que «l’accord permettra de faciliter aux pêcheurs artisanaux sénégalais l’accès aux eaux territoriales mauritaniennes, en offrant aux opérateurs mauritaniens la possibilité de louer des pirogues de pêche sénégalaises avec leurs équipages».

Le nombre de ces embarcations de pêche artisanale n’a pas été précisé. Cependant, le chiffre estimé devrait atteindre plusieurs milliers d'embarcations, en tenant compte de l’importance en nombre des pirogues sénégalaises présentes à Nouadhibou et Nouakchott, au moment de l’entrée en vigueur de la mesure astreignant les embarcations sénégalaises à rester à quai au début de l’année 2017.

Pour sa part, le ministre sénégalais de la pêche, Omar Gueye, a déclaré que la signature de la convention «reflète parfaitement la profondeur des relations entre les deux pays».

Cet accord de pêche signé le 30 juillet dernier attribue aux pêcheurs artisanaux sénégalais 400 licences de pêche avec le droit de pêcher à hauteur de 50.000 tonnes de ressources halieutiques dans les eaux mauritaniennes.

Cet accord est valable pour une période de deux ans. Toutefois, contrairement aux précédents accords de pêche entre les deux pays, désormais, les débarquements devront se faire dans les ports mauritaniens. 

Par Cheikh Sidya (Nouakchott, correspondance)
Le 20/12/2018 à 10h33, mis à jour le 20/12/2018 à 11h09

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800