Fermer
#Politique

Mauritanie: la loi sur la réforme de l’éducation vivement critiquée par l'universitaire Mamadou Kalidou Bâ

Mise à jour le 04/08/2022 à 17h59 Publié le 04/08/2022 à 16h54 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck

#Mauritanie : La Mauritanie vient d'adopter une énième réforme de son système éducatif qui est loin de faire l'unanimité. Mamadou Kalidou Bâ, professeur universitaire et écrivain, critique vivement la loi d’orientation relative à cette réforme.

Le Parlement mauritanien a adopté récemment la loi d'orientation relative à la réforme du système éducatif. Mais ce texte est loin de faire l'unanimité, car s'il constitue une avancée en réintégrant l'enseignement des langues nationales dans le système éducatif, il contient de nombreux points d'ombre.

L’universitaire Mamamou Kalidou Bâ, professeur à la Faculté des lettres et des sciences humaines de l'université Al Aasriya de Nouakchott et écrivain, juge «catastrophique» l’article 65 du texte incriminé qui prévoit une période d’évaluation indéterminée pour des langues prêtes à être enseignées depuis plusieurs d’années, conformément à une expérience nationale datant des années 1980, validée à la fois par le gouvernement mauritanien et l’UNESCO.

>>> LIRE AUSSI: Mauritanie: Ould Mouloud commente l'adoption d’une loi controversée relative à la réforme du système éducatif

L'enseignement relève à travers le texte deux déficits énormes. Tout d'abord, il s'agit d'un recul par rapport à la réforme de 1979 qui avait mené à la création d'un Institut des Langues Nationales (ILN), avec un taux de réussite se situant entre 75% et 95% au niveau des classes expérimentales au primaire. Ainsi, pour l'universitaire, cette option relative à l’évaluation comporte un dessein inavoué.

Quant au second déficit, Bâ relève que le projet de loi ne prévoit pas une officialisation à terme des langues nationales, estimant qu’une telle démarche porte atteinte au principe d’égalité des citoyens.
Le 04/08/2022 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck