Fermer

Vidéo. Mauritanie: sit-in pour la libération des détenus de l’affaire du détournement à la Banque centrale

Mise à jour le 18/03/2021 à 11h45 Publié le 18/03/2021 à 11h41 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck

#Société
Mauritanie: sit-in pour la libération des détenus de l’affaire du détournement à la BCM
© Copyright : Le360 Afrique/Seck

#Mauritanie : Plusieurs proches, parents, amis et connaissances des individus poursuivis pour présomption de soustraction de près d’un million de dollars des caisses de la Banque centrale de Mauritanie (BCM), placés en détention préventive depuis le mois de juin 2020, ont tenu un sit-in devant la présidence.

Plusieurs centaines de personnes ont tenu un sit-in devant la présidence de la République pour soutenir les personnes poursuivies pour présomption de détournement d'un million de dollars dans les caisses de la Banque centrale de Mauritanie (BCM).

Par ce geste, elles entendent attirer l’attention du président Mohamed Cheikh El Ghazouani sur le sort "injuste" réservé à ces citoyens.

Fortement mobilisés, ils ont réclamé un procès rapide, dans le respect de la présomption d’innocence et d'une justice équitable à laquelle a droit tout justiciable. Et après plusieurs mois de détention, la liberté provisoire.

>>> LIRE AUSSI: Mauritanie: un million de dollars disparaissent mystérieusement des caisses de la Banque centrale

Ces personnes sont accusées d’avoir soutiré d’importants montants en devises équivalents à 37 millions d'ouguiyas dans les coffres de la BCM (environ 1 million de dollars).

Les individus détenus dans le cadre du traitement de ce dossier sont Tebiba Aly NDiaye, Mohamed Lemine Brahim, Khalil Taya, Abderahmane Lahy, Sidi Mourid, Ahmed Christophe et Abdallah Mohamed Mocta. 


C'est en juillet 2020 que cette affaire avait défrayé la chronique à Nouakchott suscitant de vives réactions sur la toile. Les Mauritaniens, habitués aux détournements, croyaient au moins que l'institution que représente la Banque centrale était épargnée par ce sport favori des dirigeants mauritaniens. 
Le 18/03/2021 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck