Fermer

Vidéo. Mauritanie: jamais sans la viande de chameau, y compris au petit-déjeuner

Mise à jour le 07/08/2021 à 13h01 Publié le 07/08/2021 à 12h47 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck

#Société
Mauritanie jamais sans la viande de chameau
© Copyright : Le360 / Amadou Seck et Mamoudou Kane

#Mauritanie : Sous l’effet d’une évolution rapide de la société, le dromadaire ne sert plus au transport de personnes ou de marchandises, mais cet animal du désert garde toujours la cote auprès des Mauritaniens qui adorent la saveur subtile de sa viande, notamment le foie, appelé «Kebda» en langue hassania.

A Nouakchott, la capitale mauritanienne, de nombreux endroits sont dédiés à la grillade et la vente de la viande de chameau et, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils attirent quotidiennement les foules.

Interrogée, la nombreuse clientèle ne tarit pas d'éloges sur ce mets singulier qui fait partie des habitudes de consommation locales. C'est le cas d'Ibrahim Ly, rencontré dans un restaurant qui sert des grillades de chameau. "Nous avons l’habitude de venir ici manger de la viande de chameau depuis longtemps. Cela relève d’une habitude, d’une tradition. Cet aliment est très sain", explique-t-il entre deux bouchées.

>>> LIRE AUSSI : Vidéo. Mauritanie: un tour au marché de boeufs et chameaux de Nouakchott

Ahmed Salem, un autre consommateur, est également de cet avis. "Nous venons quotidiennement ici pour manger toutes sortes de viande. Mais notre préférence va clairement en faveur de la chair de chameau qui a des vertus multiples".

Entre autres avantages que citent les clients, au-delà d'un goût exquis, il y a la tendresse de la chair de chameau qui en facilite la grillade. Et, bien sûr, beaucoup parlent d'une nourriture saine, sans pour autant donner de plus amples explications. Ce qui est clair, en revanche, c'est que, toutes ces considérations mises de côté, les Mauritaniens adorent la viande de chameau. C'est la seule explication qui vaille pour justifier cet engouement qui ne faiblit jamais, de génération en génération.

 

Le 07/08/2021 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck