Politique

Début des élections présidentielle et législatives en Guinée équatoriale

Le vote a commencé dimanche en Guinée équatoriale pour la présidentielle et les législatives, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, président depuis 43 ans, étant assuré d’être réélu dans ce petit pays africain au régime parmi les plus autoritaires au monde, a constaté un journaliste de l’AFP.

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 20/11/2022 à 10h35
elections guinée équatoriale
Une affiche de campagne pour le président de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, est collée sur une affiche de campagne de l'opposant Andres Esono Ondo de la Convergence pour la démocratie sociale (CPDS), à Malabo le 17 novembre 2022. - Le président à la poigne de fer de la Guinée équatoriale , Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, envisage un sixième mandat lors des élections du 20 novembre 2022, prolongeant un record mondial de 43 ans au pouvoir. | AFP

Les portes du bureau de vote de l’école Nuestra Señora de Bisila, dans le quartier populaire de Semu, ont ouvert pour laisser entrer quelques dizaines d’électeurs qui patientaient depuis le petit matin.

Briguant un sixième mandat à 80 ans, M. Obiang détient le record mondial de longévité au pouvoir pour un chef d’Etat, hors monarchie.

Il a toujours été élu avec plus de 93% des voix et son tout puissant Parti Démocratique de Guinée Equatoriale (PDGE) détient 99 des 100 sièges dans l’Assemblée nationale sortante et les 55 du Sénat, qui doit également être renouvelé lors de ce scrutin regroupant aussi les municipales.

Pour la présidentielle, Teodoro Obiang fait face à deux candidats: Andrès Esono Ondo, pour la Convergence pour la Démocratie Sociale (CPDS), seul parti d’opposition qui ne soit pas interdit, et Buenaventura Monsuy Asumu du Parti de la Coalition Sociale démocrate (PCSD), micro-mouvement jusqu’alors allié au PDGE aux législatives.

Le chef de l’Etat a pris le pouvoir par un coup d’Etat en 1979 dans ce petit pays pétrolier d’Afrique centrale indépendant de l’Espagne depuis 1968, en renversant son oncle et sanguinaire dictateur Francisco Macias Nguema, qu’il a fait fusiller deux mois plus tard.

Son régime est régulièrement accusé par les ONG internationales et des capitales occidentales de réprimer violemment toute opposition et de bafouer les droits de l’Homme, ainsi que pour l’ampleur de la corruption.

Dimanche, 427.661 Equatoguinéens en âge de voter sont convoqués aux urnes sur près de 1,4 millions d’habitants.

Troisième pays le plus riche d’Afrique sub-saharienne en PIB par habitant en 2021 selon la Banque mondiale, l’essentiel de sa richesse reste concentrée dans les mains de quelques familles.

En l’absence de données récentes sur le pays, l’institution Bretton Woods estimait en 2006 que près de 80% de la population vivait en-dessous du seuil de pauvreté (moins de 1,9 dollars par jour par habitant).


Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 20/11/2022 à 10h35