Niger: libération du fils du président déchu Mohamed Bazoum

L'ex-président Mohamed Bazoum
Le 08/01/2024 à 21h52

Salem Bazoum, le fils du président nigérien Mohamed Bazoum renversé le 26 juillet par un coup d’Etat, détenu jusqu’à présent avec son père, a été libéré lundi et se trouve au Togo.

Selon une décision du tribunal militaire de Niamey consultée par l’AFP, Salem Bazoum «a bénéficié d’une liberté provisoire du juge d’instruction du tribunal militaire en date du 8 janvier 2024. A charge pour lui de répondre à la justice dès qu’il y sera requis».

Salem Bazoum, 22 ans, était retenu prisonnier avec ses parents depuis le putsch, accusé de «complot ayant pour but de porter atteinte à l’autorité ou la sûreté de l’Etat».

L’entourage proche du président renversé a précisé à l’AFP que Salem Bazoum a quitté Niamey pour Lomé, la capitale du Togo, où il est arrivé lundi soir.

Le Togo est à la manoeuvre depuis quelques semaines pour une médiation avec le régime militaire au pouvoir.

Lundi, le ministre des Affaires étrangères togolais Robert Dussey était à Niamey où il s’est entretenu avec le Premier ministre du régime militaire, Ali Mahaman Lamine Zeine, selon la télévision publique nigérienne.

Il s’était déjà rendu à Niamey mi-décembre et avait affirmé avoir «convenu du contenu et du timing» d’une transition, avec les nouvelles autorités de Niamey.

Mohamed Bazoum et son épouse Haziza restent eux séquestrés dans la résidence présidentielle, depuis le coup d’Etat qui a porté au pouvoir le général Abdourahamane Tiani.

Plusieurs anciens responsables du gouvernement renversé ont été arrêtés, d’autres sont en exil. Vendredi, l’ancien ministre de l’Energie Ibrahim Yacoubou a été arrêté à son retour à Niamey.

La libération de M. Bazoum est l’une des conditions pour que la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (Cedeao) allège les lourdes sanctions qu’elle impose depuis le putsch au Niger.

Le 15 décembre, la Cour de justice de la Cedeao avait ordonné sa libération et son retour au pouvoir sous un délai d’un mois.

Mais ces décisions, censées s’imposer aux Etats parties, ne sont pas toujours appliquées par ceux-ci.

Durée de la transition

Et, outre le Togo, d’autres pays ouest-africains ont assoupli leur position face aux autorités nigériennes.

Le Bénin, pays côtier, a par exemple levé la suspension des importations de marchandises transitant vers le Niger et le président Patrice Talon a indiqué vouloir «rétablir rapidement les relations» avec son voisin sahélien.

Le régime militaire au pouvoir à Niamey a de son côté évoqué une transition de trois ans.

Il a démarré le 1er janvier des concertations régionales, prélude à un «dialogue national» pour notamment fixer la durée précise de cette transition.

Le Niger fait face à un défi sécuritaire avec des violences jihadistes meurtrières, notamment dans sa partie ouest, près de la frontière du Burkina et du Mali, eux aussi touchés par des attaques récurrentes.

Les trois pays, dirigés par des militaires ayant pris le pouvoir par des coups d’Etat entre 2020 et 2023, se sont rapprochés pour former l’Alliance des Etats du Sahel.

Ils ont choisi de diversifier leurs partenariats internationaux et entretiennent notamment des relations exécrables avec Paris. Tous trois ont chassé les militaires français engagés dans la lutte anti-jihadiste de leur sol.

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 08/01/2024 à 21h52