Présidentielle 2024 au Sénégal: 70 déclarations de candidature déjà annoncées... et ce n’est pas fini

Palais présidentiel à Dakar.
Le 30/08/2023 à 14h32

VidéoAu Sénégal, l’élection présidentielle, qui se tiendra le 25 février 2024, attise bien de convoitises. Plus de 70 candidats se sont déjà fait connaître. Certaines candidatures sont sérieuses, d’autres un peu moins.

Tout le monde veut être candidat à la présidentielle de février 2024. Et la liste des candidatures est loin d’être close et pourrait s’allonger encore davantage. Le camp du président sortant, la coalition Benno Bokko Yakaar (BBY) n’a pas encore fait connaître son candidat à la présidentielle. Un choix, quel qu’il soit, qui pourrait susciter des grincements de dents et inciter certains partisans de cette mouvance à se porter candidats. L’inflation des candidatures a de beaux jours devant elle.

Pourtant, d’après le décompte, la barre des 70 candidatures annoncées a été franchie. Ce qui est énorme pour un pays d’à peine de 17 millions d’habitants.

Heureusement que l’Etat a mis en place des garde-fous pour limiter les candidatures à la magistrature suprême.

Ainsi, le parrainage citoyen, en vigueur depuis la présidentielle de 2019, et la caution fixée à 30 millions de FCFA devraient dissuader nombre des candidats. Le parrainage avait permis de limiter le nombre de candidats à la présidentielle de 2019 à seulement cinq postulants.

Pour 2024, le taux de parrainage a été réduit et fixé entre 0,6% et 0,8% des électeurs inscrits au fichier électoral général. De plus, ces parrainages doivent provenir d’au moins sept régions qui comptent, chacune d’elles, 2.000 inscrits au fichier électoral.

Ce parrainage ne sera pas seulement citoyen. Les élus pourront accorder le leur à un candidat de leur choix. Dans ce cadre, les candidats doivent aussi obtenir la signature d’élus représentant 8% des membres de l’Assemblée nationale ou 20% des chefs d’exécutif territorial (maires et/ou présidents de conseil départemental).

De l’avis des citoyens, en plus du parrainage et de la caution, les candidats doivent être instruits, dignes de confiance et proposer un programme de développement du pays.

Au Sénégal, l’année 2024 aura la particularité, d’être la première élection présidentielle sans le président sortant.

Macky Sall, qui a gagné l’estime au niveau international pour avoir renoncé à une troisième candidature, doit maintenant réussir le pari d’une bonne organisation avec des résultats qui ne souffriront d’aucune contestation.

Par Moustapha Cissé (Dakar, correspondance)
Le 30/08/2023 à 14h32