Fermer
#Economie

Sénégal: l’incubateur de Pikine, un outil entre les mains des jeunes entrepreneurs

Mise à jour le 23/04/2022 à 11h38 Publié le 23/04/2022 à 11h31 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Sénégal : Officiellement la ville la plus peuplée du Sénégal, avec une population d'un million d’habitants composée en majorité de jeunes et de femmes sans emploi, Pikine est une véritable bombe à retardement. L’incubateur vient appuyer les entrepreneurs, les porteurs de projets et les chômeurs de Pikine.

Sans véritable formation, ils sont nombreux, ces jeunes et femmes de Pikine qui tentent de s’en sortir avec les moyens de bord. Mais sans encadrement, il leur est difficile de tirer profit de leurs activités, d’où l’intérêt du centre de coaching et d’incubation qui leur est destiné.

>>> LIRE AUSSI: Forum Africa 2017: Kagame et Elumelu invités spéciaux de la Journée des jeunes entrepreneurs

Le Centre d'incubation et de développement des entreprises de femmes et de jeunes (CIDEFJ) appuie les porteurs de projets, les femmes et jeunes chefs de micro, petites et moyennes entreprises du Sénégal. Le CIDEFJ apporte un appui en termes d'hébergement, de conseil en entrepreneuriat, de management, de technologie et de recherche de financement, de la conception de l'entreprise jusqu'à sa maturation.

La pré-incubation s'adresse aux promoteurs d'entreprises ayant des projets innovants. Son objectif est ainsi d'aider ces promoteurs à passer de l'idée de projet à la création d'une entreprise viable. Depuis le mois d’octobre, date de son ouverture, le centre de Pikine ne cesse d’enregistrer l’arrivée de jeunes porteurs de projets.

>>> LIRE AUSSI : Gabon: UGB accompagne les jeunes entrepreneurs

Trouver un emploi, c’est bien, mais créer un emploi, c’est encore mieux. Le centre a aujourd’hui cette capacité d’éveiller l’esprit entrepreneurial des jeunes et des femmes en les outillant de manière à pouvoir faire face à tous les défis du marché.

La situation des petites et moyennes entreprises (PME) sénégalaises est plus qu'inquiétante. Plus de la moitié de celles qui sont légalement constituées, plus précisément 65%, disparaissent avant même de fêter leur premier anniversaire. A l'origine de ce problème, l'absence d'assistance. Un manquement que cherche justement à corriger le CIDEFJ de Pikine.

Le 23/04/2022 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé