Fermer

Vidéo. A cause de la troisième vague, les Sénégalais acceptent enfin de se faire vacciner contre le Covid-19

Mise à jour le 13/07/2021 à 16h00 Publié le 13/07/2021 à 15h57 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Vidéo. Sénégal: les prémices d’une troisième vague de la pandémie de Covid-19
© Copyright : Le360/Moustapha Cissé

#Sénégal : Alors qu'une troisième vague de la pandémie du Covid-19 se confirme au Sénégal, beaucoup veulent désormais se faire vacciner, mais sont confrontés à une rupture de stocks des doses. Le pays attend en vain les livraisons promises dans le cadre de l'initiative Covax.


Le Sénégal, qui annonce le début prochain de sa propre production locale de vaccin contre le Covid-19 et les maladies tropicales, fait en ce moment face à une rupture des doses pour poursuivre l'immunisation de sa population, alors que se profile sérieusement une troisième vague. De nombreuses personnes parmi celles qui refusaient de se faire vacciner se ruent désormais vers les centres pour recevoir une première injection.

>>> LIRE AUSSI: Vidéo. Sénégal: les prémices d’une troisième vague de la pandémie de Covid-19

Mais la rupture de stock tombe mal avec l’augmentation des infections enregitrées ces derniers jours. Avec près de 2000 nouveaux cas en seulement quatre jours, le Sénégal est entré de plain-pied dans la 3ème vague. Les Sénégalais qui se bousculent enfin au niveau des postes de santé, font face à une rupture des doses de vaccin. Ils sont tous priés de revenir ultérieurement par des agents de santé qui, eux-mêmes, ne savent pas quand les vaccins seront à nouveau disponibles.

>>>LIRE AUSSI : Vidéo. Le Sénégal va produire des vaccins contre le Covid-19 et d’autres maladies endémiques

Le gouvernement sénégalais a annoncé l’arrivée prochaine de plusieurs millions de doses d’AstraZeneca et du vaccin Johnson & Johnson mais en attendant beaucoup ont peur d'être victimes du Covid-19 avec cette troisième vague nettement plus contagieuse et qui n'épargne ni les vieux ni les jeunes.
Le 13/07/2021 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé