Fermer

Sénégal. Covid-19 : plus que 252 malades sous traitement

Mise à jour le 03/11/2020 à 11h17 Publié le 03/11/2020 à 11h12 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Un malade du Covid-19

Un malade du Covid-19

© Copyright : DR

#Sénégal : Au moment où l’Europe est en train de se reconfiner, plusieurs pays du continent africain au sud du Sahara, affichent des chiffres étonnamment bas. Le cas du Sénégal en est un éloquent exemple.

Avec à peine 15.637 cas depuis le début de la pandémie, malgré une moyenne de tests quotidiens supérieure à mille, le Sénégal a de quoi se réjouir. Surtout que depuis quelques semaines, les chiffres de la pandémie du covid-19 sont à un niveau extrêmement bas. Les guérisons qui se comptent depuis plusieurs mois par centaines par jour, libèrent plusieurs lits d’hospitalisation. Ainsi, en comptant les 14.958 guéris, les 325 décès et une évacuation de malade dans son pays d’origine, il ne reste plus 252 personnes sous traitement.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal: l'épidémie de Covid-19 en passe de disparaître, d’autres maladies émergent

Pour ce lundi 2 novembre Sur 653 tests réalisés, 7 seulement sont revenus positifs Le ministère de la Santé et de l'action sociale qui a donné ces résultats a également fait savoir que 101 patients sont testés négatifs et déclarés guéris le même jours et aucun décès lié au covid-19 n’a été enregistré . Un résultat qui confirme la tendance baissière. En effet, entre le 2 octobre et le 2 novembre, quelques 2276 personnes ont été déclarées guéries, alors que seules 611 personnes ont été contaminées.

Au Sénégal, malgré les tests effectués dans plusieurs centres différents, beaucoup reste sceptiques concernant les chiffres officiels, certains estiment qu’il pourrait s’agir d’une communication du gouvernement pour calmer l’opinion publique. Mais, en même temps, beaucoup reconnaissent que dans leur entourage, ils ne parviennent plus à détecter de personnes présentant des symptômes et encore moins de décès suspects, comme ce fut le cas au mois d’août.
Le 03/11/2020 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé