Amnesty dénonce des «atrocités» de chaque camp au Cameroun anglophone

DR
Le 04/07/2023 à 07h59

Les civils de l’ouest du Cameroun sont régulièrement victimes d’«atrocités», dont des exécutions, torture et viols, commises par les forces de l’ordre et les séparatistes armés en conflit dans cette région majoritairement anglophone, s’est alarmée mardi Amnesty international.

L’ONU et les ONG internationales dénoncent régulièrement des «crimes» commis depuis plus de six ans par les deux camps dans les régions administratives du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, peuplées principalement par la minorité anglophone camerounaise.

Fin 2016, le régime du président Paul Biya, qui dirige d’une main de fer le pays depuis plus de 40 ans, avait commencé à réprimer violemment des manifestations pacifiques d’habitants anglophones s’estimant ostracisés et marginalisés par le pouvoir central dominé par la majorité francophone.

Puis de nombreux groupes armés indépendantistes anglophones avaient pris les armes et proclamé en 2017 l’«indépendance» d’une région qu’ils appellent l’«Ambazonie». Et M. Biya, intraitable, y dépêche massivement des troupes depuis.

Dans un nouveau rapport intitulé: «Avec ou contre nous. La population prise en étau entre l’armée, les séparatistes armés et les milices dans la région anglophone du Nord-Ouest», Amnesty répertorie des «exécutions extrajudiciaires», des «homicides» de civils dont des femmes et des enfants, des «tortures», des «viols et autres violences sexuelles» perpétrés par les deux camps. Des «atrocités récurrentes» relevant de «graves violations des droits humains».

Parmi les cibles des séparatistes, qui pratiquent également quasi-quotidiennement les kidnappings contre rançon, figurent des civils qu’ils accusent de «collaborer» avec Yaoundé, et particulièrement de l’ethnie peule des Mbororos.

L’armée et la police, elles, sont régulièrement accusées par l’ONU et les ONG d’attaquer et dévaster des villages dont les habitants sont soupçonnés de sympathie avec les séparatistes, et d’y commettre bavures et crimes. Amnesty accuse aussi des «milices mbororos» d’épauler les militaires dans ces attaques.

Le rapport d’Amnesty se base sur les témoignages de «plus de 100 victimes» et de responsables d’ONG locales et journalistes.

Amnesty accuse également de «violation des droits humains» les «autorités politiques et judiciaires», notamment en faisant emprisonner «arbitrairement» des civils, des journalistes, des responsables de la société civile, et en les faisant juger par des tribunaux militaires pour des faits liés à du «terrorisme».

Le conflit a fait plus de 6.000 morts et forcé plus d’un million de personnes à se déplacer, selon le centre de réflexion International Crisis Group (ICG) qui n’a toutefois pas actualisé ce bilan depuis trois ans.

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 04/07/2023 à 07h59