Kenya: près de 300 blessés dans l’incendie causé par une explosion de gaz à Nairobi

Pompiers et policiers luttent contre un incendie suite à une série d'explosions dans le quartier d'Embakasi à Nairobi, au Kenya, le 2 février 2024.. AFP or licensors
Le 02/02/2024 à 08h02

Au moins trois personnes ont été tuées et 271 autres blessées dans un vaste incendie causé par une explosion de gaz dans la nuit de jeudi à vendredi à Nairobi, a affirmé vendredi l’inspecteur général adjoint de la police kényane.

Après plusieurs heures, l’incendie, qui s’est déclaré vers minuit et a mobilisé de nombreux pompiers, a été maitrisé vers 09H00, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Un camion «chargé de gaz a explosé, provoquant une énorme boule de feu qui s’est largement propagée» à Embakasi, un quartier de la capitale kényane, a déclaré sur X (ex-Twitter) le porte-parole du gouvernement, Isaac Maigua Mwaura.

Le feu a «endommagé plusieurs véhicules et propriétés commerciales, dont de nombreuses petites et moyennes entreprises. Malheureusement, des maisons d’habitation du quartier ont également pris feu, et un bon nombre d’habitants étaient toujours à l’intérieur car il était tard dans la nuit», a précisé Isaac Maigua Mwaura.

«Nous avons environ 271 personnes admises dans divers hôpitaux de Nairobi et (...) nous avons trois décès», a déclaré devant des journalistes l’inspecteur général adjoint de la police, Douglas Kanja, qui s’est rendu sur les lieux.

Un peu plus tôt, le gouvernement avait déclaré que 222 personnes avaient été blessées, et deux autres tuées.

«Enorme explosion»

L’incendie, qui a engendré d’énormes colonnes de fumée noire, s’est déclaré vers minuit heure locale à Embakasi. Des images diffusées par les médiaux locaux montrent une énorme boule de feu à proximité de plusieurs habitations.

Selon un journaliste de l’AFP sur place, de nombreux logements ainsi que des véhicules ont brûlé.

«Nous étions dans la maison et nous avons entendu une énorme explosion», témoigne à l’AFP James Ngoge, qui vit juste en face de l’endroit où l’incendie s’est déclaré.

«Tout le bâtiment a été secoué par un énorme tremblement, on avait l’impression qu’il allait s’effondrer. Au début, on ne savait même pas ce qui se passait, c’était comme un tremblement de terre. J’ai un commerce sur la route qui a été complètement détruit», a-t-il ajouté.

«Nous avons d’abord entendu quelque chose comme une forte explosion qui a été rapidement suivie par une autre encore plus forte. C’est cette seconde qui a secoué notre maison et la vitre est tombée et s’est brisée», raconte de son côté Felix Kirwa, résident du quartier et conducteur de boda-boda (moto taxi).

«C’est alors que nous avons couru dans des directions différentes. J’ai attrapé mon plus jeune fils et j’ai couru avec lui. Je ne savais pas où les deux autres enfants avaient couru jusqu’à ce matin où je les ai localisés et ils sont en sécurité. Je me suis seulement cassé la jambe et j’ai été bandé mais je vais bien», conclut-il.

«Chaotique»

Stella Mbithi, vendeuse de légumes, était en train de servir les derniers clients lorsque l’incendie s’est déclaré et assure avoir vu «une énorme boule de feu dans le ciel» : «C’était chaotique parce que les gens criaient partout (...) Je suis tombée plusieurs fois et j’ai des contusions. Mais il y a des gens qui ont été très gravement blessés», poursuit-elle.

De nombreux habitants de la zone ont passé la nuit dehors, a constaté un journaliste de l’AFP.

La police a installé un cordon de sécurité autour du sinistre, alors que certaines personnes étaient déjà à pied d’oeuvre pour récupérer leurs affaires et constater les dégâts.

«Les lieux ont désormais été sécurisés et un centre de commandement est désormais en place pour aider à coordonner les opérations de sauvetage et autres efforts d’intervention», a déclaré le porte-parole du gouvernement.

En juin 2018, au moins 15 personnes avaient été tuées et plus de 70 autres avaient été blessées dans l’incendie du plus grand marché à ciel ouvert de Nairobi.

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 02/02/2024 à 08h02