Soudan: 18 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire aiguë (ONU)

Des personnes se rassemblent près d'un bâtiment médical criblé d'impacts de balles au Souk Sitta (marché six) dans le sud de Khartoum, le 1er juin 2023. - Des tirs d'obus et des bombardements aériens ont tué 18 civils sur un marché de la capitale soudanaise, où les combats n'ont montré aucun signe d'apaisement le 1er juin, après que l'armée a abandonné les pourparlers de trêve. Depuis plus de six semaines, Khartoum et d'autres régions du pays sont en proie à une guerre sanglante entre l'armée et les forces paramilitaires de soutien rapide.. AFP or licensors
Le 07/02/2024 à 07h53

Quelque 18 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire aiguë au Soudan, théâtre depuis plus de dix mois d’un conflit entre l’armée et les forces de sécurité rapide, a indiqué l’ONU mardi.

«Dans l’ensemble du pays, on estime que 18 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire aiguë, soit 10 millions de plus par rapport à la même période l’année dernière», a relevé le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU dans un communiqué.

Notant que près de 300 jours après le déclenchement du conflit au Soudan, les souffrances continuent de s’accroître, l’agence onusienne a alerté que la malnutrition ravage les zones touchées par les hostilités.

Selon les partenaires humanitaires de l’ONU, la nourriture deviendra plus rare dans les mois à venir alors que le Soudan entre dans la période de soudure, menaçant ainsi la vie d’un nombre encore plus grand de personnes.

Pour parer à cette situation, les Nations Unies prévoient de lancer, mercredi, le plan de réponse humanitaire pour le Soudan au titre de l’année 2024. Lors d’une cérémonie prévue à Genève, l’ONU lancera également un plan régional de réponse pour les réfugiés.


La cérémonie du lancement des deux plans sera co-présidée par le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, Martin Griffiths et le Haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi.

En janvier dernier, les Nations Unies ont appelé à la cessation immédiate des hostilités entre les parties au conflit au Soudan.

«À mesure que le conflit s’étend, les souffrances humaines s’aggravent, l’accès humanitaire se réduit et l’espoir s’amenuise. Cela ne peut pas continuer», a alerté Martin Griffiths, dans un communiqué.

Il a indiqué que l’année 2024 exige que la communauté internationale prenne des mesures décisives et immédiates pour mettre fin aux combats et sauvegarder les opérations humanitaires destinées à aider des millions de civils

Par Le360 Afrique (avec MAP)
Le 07/02/2024 à 07h53