Soudan: violents combats à Khartoum pour le contrôle d’une base stratégique

De la fumée s'élève au-dessus des bâtiments après un bombardement aérien, lors d'affrontements entre les Forces paramilitaires de soutien rapide et l'armée à Khartoum Nord, au Soudan, le 1er mai 2023.
Le 23/08/2023 à 20h21

De violents combats ont opposé mercredi à Khartoum pour le quatrième jour consécutif l’armée aux paramilitaires qui tentent de déloger les soldats d’une base stratégique, selon des habitants.

Les Forces de soutien rapide (FSR, paramilitaires) du général Mohamed Hamdane Daglo ont lancé un assaut dimanche dans plusieurs directions sur cette vaste base regroupant des unités blindées de l’armée dans le sud de la capitale soudanaise.

Au premier jour des affrontements, les deux camps ont essuyé «des pertes importantes», ont rapporté à l’AFP des habitants de différents secteurs du quartier d’al-Chajara, où se trouve la base. Les combats n’avaient cessé qu’une heure durant toute la journée.

«Ce sont les plus longs combats qu’on ait vus à al-Chajara», a dit l’un d’eux, joint par téléphone depuis Wad Madani, au sud-est de Khartoum.

L’armée a depuis assuré dans plusieurs communiqués et vidéos avoir repoussé les attaques des paramilitaires. Les FSR ont eux affirmé avoir «pris le contrôle de la quasi-totalité de la base, avec seulement de petites poches toujours tenues» par l’armée.

Il n’était pas possible de vérifier de manière indépendante ce que contrôle chaque camp.

Depuis le début le 15 avril de la guerre entre l’armée dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane et les FSR, les deux camps assurent tenir des places fortes de Khartoum alors qu’ils s’en disputent encore le contrôle, comme par exemple le QG de l’armée ou le palais présidentiel.

«Insécurité»

La guerre a fait près de 5.000 morts, selon l’ONG ACLED. Mais le bilan réel serait supérieur, de nombreuses zones du pays, principalement le Darfour (ouest), étant totalement coupées du monde sans téléphone ni internet, et des corps jonchant encore les rues étant inaccessibles. Les deux camps refusent de communiquer sur leurs pertes.

En quatre mois, plus de 4,6 millions de personnes ont été forcées de quitter leur domicile, selon l’ONU. Son coordinateur pour les Affaires humanitaires, Martin Griffiths, a de nouveau plaidé mardi pour que «les parties cessent les combats afin de laisser passer l’aide».

«Les routes sont bloquées et les stocks alimentaires s’étiolent», a-t-il dit, alors que plus d’un Soudanais sur d’eux a besoin d’aide humanitaire pour survivre.

Parmi les zones qui en ont cruellement besoin, l’ONU a cité Kadougli où la route principale menant à ce chef-lieu du Kordofan-Sud a été bloquée par la faction du Mouvement populaire de libération du Soudan-Nord (SPLM-Nord) dirigée par Abdelaziz al-Hilu, un groupe rebelle qui lutte contre l’armée soudanaise dans la région.

«En raison de l’insécurité, les travailleurs humanitaires venant de l’extérieur de la région ne sont pas en mesure d’atteindre la ville», a indiqué un rapport de l’ONU, ajoutant que les aides alimentaires distribuées aux familles «ne dureront que jusqu’à la fin de ce mois».

Les principaux dirigeants des organisations humanitaires œuvrant au Soudan ont prévenu que «plus de 6 millions de personnes au Soudan étaient au bord de la famine».

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 23/08/2023 à 20h21