Scandale dans l’athlétisme somalien après un 100 mètres devenu viral aux Jeux universitaires

En terminant le 100m en 21,81s à dix secondes de la vainqueure, Nasra Abukar Ali a créé un scandale national. Elle serait la nièce de la présidence de la fédération d'athlétisme somalienne, Khadija Aden Dahir, qui a été suspendue.
Le 03/08/2023 à 15h44

Les autorités sportives somaliennes ont suspendu la présidente de leur fédération d’athlétisme, accusée d’abus de pouvoir et d’avoir ridiculisé le pays en alignant une représentante «sans aucune formation sportive» arrivée largement dernière d’un 100 mètres lors des Jeux universitaires d’été à Chengdu (Chine).

Une vidéo devenue virale montre la jeune femme en tenue bleu ciel, la couleur nationale somalienne, franchir péniblement, après une interminable course, la ligne d’arrivée d’une série du 100 mètres courue mardi, plus de 10 secondes après la gagnante.

Le clip a suscité moqueries et indignation sur les réseaux sociaux, notamment parmi les Somaliens qui accusent la jeune femme - identifiée plus tard comme étant Nasro Abukar Ali - d’être une membre de la famille de la présidente de la fédération d’athlétisme Khadijo Adan Dahir.

«Après avoir obtenu des preuves indiquant comment Nasro Abukar Ali (...) a été sélectionnée, nous avons confirmé que Khadijo Adan Dahir a commis un abus de pouvoir et du népotisme en sélectionnant une personne sans aucune formation sportive», a déclaré le président du comité national olympique somalien Abdullahi Ahmed Tarabi dans un communiqué, qui n’évoque toutefois pas un éventuel lien de parenté.

«J’ai donc temporairement suspendu Khadijo Adan Dahir et son cas sera présenté à la prochaine réunion du comité national olympique somalien pour de nouvelles décisions», ajoute le dirigeant.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Barre Mohamud, avait réclamé sa suspension, accusant la dirigeante «d’abus de pouvoir, de népotisme et d’avoir diffamé le nom de la nation sur la scène internationale» en envoyant quelqu’un qui n’est «ni sportive, ni coureuse» pour représenter la Somalie.

«Nous nous excusons auprès du public pour l’embarras que cela a causé au pays et nous enquêtons pour savoir comment cela s’est produit», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse mercredi soir, dénonçant «un processus de sélection inéquitable» dans lequel «le ministère n’a eu aucun rôle».

Dans une interview à un journaliste somalien postée jeudi sur Facebook, Nasro Abukar Ali a expliqué sa mauvaise performance par une «entorse» contractée avant la course.

Interrogée sur sa sélection et les accusations de liens de parenté avec Khadijo Adan Dahir, elle a affirmé avoir «été sélectionnée via un processus concurrentiel par une association sportive universitaire».

«Ils accusent la présidente pour rien. Ils cherchent des moyens de ternir son image et de lui faire quitter son poste, elle n’a rien à voir avec cela», a-t-elle déclaré, assurant: «Le ministère savait que j’allais participer à la course et je les ai rencontrés à l’aéroport avec l’ambassadeur de Chine en Somalie».

«Ces commentaires négatifs (sur les réseaux sociaux) ont commencé quand j’ai quitté Mogadiscio et j’ai décidé de les ignorer», a-t-elle déclaré.

Pays de la Corne de l’Afrique en proie à une insurrection islamiste et à une sécheresse historique, la Somalie est classée dernière sur 180 nations sur l’indice de corruption de l’ONG Transparency International en 2022.

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 03/08/2023 à 15h44