Fermer

Tunisie: Fitch Ratings dégrade la note du pays de «BB-» à «B+»

Mise à jour le 06/02/2017 à 13h55 Publié le 06/02/2017 à 13h49 Par Karim Zeidane

#Economie
Fitch Rating
© Copyright : DR

#Tunisie : L’agence Fitch Rating a abaissé la note de la Tunisie de "BB-" à "B+" en l'assortissant de la mention "perspective stable". Cette baisse est consécutive au ralentissement économique et à la situation du secteur touristique impacté par les actes terroristes.

La Tunisie est toujours plongée dans une situation économique difficile. Et la note que vient d’attribuer Fitch au pays reflète bien la dégradation de l’économie du pays. L’agence de notation vient en effet de rabaisser la note du pays de «BB-» à «B+».

Selon l’agence, «la chute du tourisme dans un contexte de risques de sécurité élevés, le ralentissement de l’investissement et la présence des fréquents changements de gouvernement et des épisodes de grèves ont affaibli la croissance et les perspectives économiques».

Ainsi, les prévisions de croissance de l’agence ne sont pas des plus favorables. Celle-ci table sur un taux de croissance de 2,3% du PIB tunisien en 2017 et de 2,5% en 2018, après une croissance de seulement 1,2% en 2016, contre une moyenne de 4,5% en moyenne avant la révolution de 2011.


LIRE AUSSI :
Tunisie: 6 ans après la révolution, les Tunisiens commencent à déchanter


L’une des causes de ce ralentissement est la situation difficile que traverse le secteur touristique à cause du «Printemps arabe» et des effets des actes terroristes.

Outre la faible croissance, l’économie tunisienne est également marquée par l’aggravation des déficits. A titre d’illustration, le déficit budgétaire a atteint 6,4% du PIB en 2016. Ce qui pousse la Tunisie à recourir au marché international pour faire face aux besoins du budget et à rembourser ses dettes. Ainsi, pour 2017, le pays devrait emprunter pour couvrir ses besoins budgétaires l’équivalent de 7% de son PIB.

Si la note du pays a été dégradée, il n’en demeure pas moins que le pays bénéficie d’une «perspective stable» et cele grâce aux réformes annoncées et enclenchées par le gouvernement avec le soutien du FMI dans le cadre d’un programme d’appui à l’économie tunisienne sur une durée de 4 ans.
Le 06/02/2017 Par Karim Zeidane