Fermer

Tunisie: libération sous caution de l'ex-candidat à la présidentielle Nabil Karoui

Publié le 24/02/2021 à 14h11 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Nabil Karoui

Nabil Karoui, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle tunisienne.

© Copyright : DR

#Tunisie : La justice tunisienne a décidé mercredi de libérer sous caution l'homme d'affaires controversé et ancien candidat malheureux à la présidentielle de 2019, Nabil Karoui, après deux mois de détention pour blanchiment d'argent et évasion fiscale, selon une source judiciaire.

"Le juge a décidé de libérer Nabil Karoui, en contrepartie d'une caution de 10 millions de dinars (plus de 3 millions d’euros) et il doit rester à la disposition de la justice", a déclaré à l'AFP Mohsen Dali, substitut du procureur général au tribunal de première instance de Tunis.

Poursuivi depuis 2017 pour blanchiment d'argent et évasion fiscale, Karoui, 57 ans, était détenu depuis le 24 décembre 2020 à la suite d'un mandat de dépôt émis à son encontre par le pôle financier judiciaire de Tunis.

Il avait déjà été incarcéré pour la même affaire en août 2019 puis relâché en octobre de la même année, peu avant le second tour du scrutin présidentiel remporté par son rival Kais Saied.

>>> LIRE AUSSI:

Fondateur de la principale chaîne privée tunisienne Nessma TV, Nabil Karoui avait fait de la lutte contre la pauvreté son cheval de bataille lors de la campagne électorale en 2019.

Il s'est construit une notoriété en distribuant appareils électroménagers et biens divers à travers le pays sous l'œil des caméras de Nessma.

Karoui est aussi le fondateur de Qalb Tounes, parti arrivé deuxième aux législatives d'octobre 2019 en remportant 38 sièges sur 217 au Parlement. Cette formation occupe actuellement 30 sièges après plusieurs démissions.

>>> LIRE AUSSI:

Allié au parti d'inspiration islamiste Ennhadha, première force au parlement avec 54 sièges, Karoui est souvent accusé de corruption par des politiciens.

De multiples procédures ont été ouvertes ces dernières années contre cet ex-proche du pouvoir, ou contre sa chaîne Nessma TV, qui émet sans licence.
Le 24/02/2021 Par Le360 Afrique - Afp