Fermer

Covid-19: la Tunisie durcit les conditions d’entrée sur son territoire

Mise à jour le 10/11/2020 à 14h27 Publié le 10/11/2020 à 14h26 Par Moussa Diop

#Société
Arrivée à l'aéroport de Tunis Carthage

Arrivée de voyageurs à l'aéroport de Tunis Carthage.

© Copyright : DR

#Tunisie : La Tunisie a annoncé le lundi 9 novembre de nouvelles conditions imposées aux voyageurs arrivant sur le sol tunisien pour faire face à l’explosion des cas de contagions. Les personnes venant de l’étranger sont désormais soumises à un confinement obligatoire de 14 jours. Les détails.

Face à la recrudescence des cas de coronavirus dans le pays, les autorités tunisiennes, après avoir imposé des reconfinement partiels et pris diverses mesures dans les villes et régions (couvre-feu, restrictions des déplacements entre les villes) pour freiner la propagation de la pandémie, viennent aussi de durcir les conditions d’entrée des voyageurs en Tunisie.

Ainsi, le ministère de la Santé a publié dans la soirée du lundi 9 novembre 2020 les nouvelles conditions imposées aux voyageurs arrivant sur le sol tunisien. Désormais, toute personne venant de l’étranger est obligée de présenter un test PCR négatif, peu importe le pays de provenance. Et à partir du lundi 16 novembre, selon le ministre de la Santé, elle sera soumise à une période d'isolement obligatoire de 14 jours, pouvant être réduite à 7 jours si le test PCR réalisé aux frais du voyageur s’avère négatif.

En plus, les voyageurs devront, durant le vol, respecter tous les gestes barrières préconisés par les autorités sanitaires, dont la distanciation physique, le port du masque, etc.


LIRE AUSSI: Tunisie. Covid-19: de nouvelles restrictions pour contrer la seconde vague


En outre, les autorités tunisiennes ont décidé de réaliser des tests rapides sur un échantillon de voyageurs arrivant en Tunisie. Les cas positifs seront obligatoirement hébergés dans des centres de quarantaine désignés à cet effet et à leurs frais, sachant que tous les voyageurs devront remplir un formulaire de santé afin de permettre aux autorités d’effectuer le suivi dès leur arrivée et pendant leur séjour en Tunisie, selon le ministère de la Santé.


Pour les voyageurs qui sont dans l’impossibilité de justifier un test RT-PCR négatif, des tests seront effectués à leurs frais et seront obligatoirement mis en quarantaine dans des centres dédiés, et ce pour une durée de 3 jours. Et si le test s’avère négatif, le voyageur devra tout de même poursuivre sa quarantaine à son domicile où à l’hôtel, et ce jusqu’au 14e jour. Toutefois, les voyageurs testés négatifs et qui veulent raccourcir cette période peuvent effectuer un second test, à leurs frais, à partir du 7e jour de quarantaine.


LIRE AUSSI: Tunisie: les couvre-feux se multiplient face au Covid-19


Enfin, pour les voyageurs ayant prévu un séjour de moins de 5 jours, ce qui est le cas pour les hommes d’affaires, il leur suffit de justifier d’un test PCR négatif, réalisé depuis moins de 72 heures avant la date d’enregistrement, et ne sont pas obligés de respecter un confinement obligatoire.

Ce durcissement des conditions d’entrée dans le territoire tunisien était nécessaire sachant que c’est l’ouverture des frontières qui explique la forte propagation du Covid-19 en Tunisie. A titre de comparaison, le 27 juin dernier, jour de l’ouverture des frontières externes, le pays n’avait enregistré que 2 cas de Covid-19. Durant le mois de juin, le nombre des nouvelles contaminations quotidiennes variait entre 0 et 15.


LIRE AUSSI: Tunisie: les hôpitaux débordés face à la flambée de cas de Covid-19


Juste après cette ouverture, à savoir à partir du mois de juillet, les cas se sont multipliés pour connaître un envol à partir d’août et septembre avant d’exploser en octobre dernier avec plus de 1.200 cas quotidiens en moyenne, avec un pic de 5.752 cas le 18 octobre dernier.

Ainsi, si le 27 juin dernier, on faisait état d'un cumul de 1.172 cas de Covid-19, le 9 novembre, le pays comptabilisait 71.569 cas. Autrement dit, le nombre de cas a été multiplié par 61 durant les derniers 4 mois et demi, dans le sillage de l’ouverture des frontières. Le pays enregistre actuellement un cumul de 1.920 décès.
Le 10/11/2020 Par Moussa Diop