Fermer

Algérie. Pénuries: après les spéculateurs et la "main extérieure", les autorités accusent la contrebande tunisienne

Mise à jour le 24/01/2022 à 14h09 Publié le 24/01/2022 à 13h21 Par Karim Zeidane

#Société
Produits alimentaires
© Copyright : DR

#Algérie : Face aux nombreuses pénuries de produits alimentaires, le Sénat algérien qui a diligenté une enquête, semble avoir «trouvé» la cause. Désormais, ce ne sont plus les «spéculateurs», mais le voisin de l’Est, la Tunisie, qui serait derrière les multiples pénuries de produits alimentaires en Algérie.

Enfin, après de nombreux démentis et accusations portées à l’encontre de certains corps professionnels, les autorités algériennes reconnaissent l’existence des pénuries affectant durement le quotidien des Algériens. D’ailleurs, le Conseil de la nation (Sénat) a lancé une commission d’enquête parlementaire sur les pénuries de produits alimentaires de large consommation pour tirer le vrai du faux.
Et tout semble indiquer que les autorités algériennes ont trouvé le bouc émissaire des pénuries de produits alimentaires. Ainsi, après avoir accusé les commerçants «spéculateurs», la «main étrangère», sans succès, les autorités algériennes semblent tenir un nouveau coupable: le Tunisie.

En effet, selon eux, c’est la contrebande vers la Tunisie qui est à l’origine des pénuries de produits alimentaires en Algérie. Selon une étude qui a été présentée aux gouverneurs de 14 régions frontalières de l’Est et du Sud du pays, il s’avère que les contrebandiers actifs à l’est du pays, à la frontière tunisienne, sont à l’origine de la sortie du territoire algérien de près de 30% des produits alimentaires du pays.

>>> LIRE AUSSI: Algérie: l’«année du décollage économique» de Tebboune débute avec de nouvelles hausses des prix et pénuries

Si la contrebande entre les deux pays est courante, comme c’est le cas dans tous les pays frontaliers, pour les autorités algériennes, c’est une nouvelle explication pour justifier les nombreuses pénuries de produits alimentaires dans le pays. Et d’après les sénateurs, la contrebande avec la Tunisie serait même une véritable menace pour la sécurité alimentaire des Algériens.

En conséquence, les walis des différentes régions frontalières sont appelés à lutter contre cette contrebande de produits alimentaires.
Et le département du ministre de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, est appelé par les sénateurs à lutter contre cette contrebande.

Ainsi, en moins d’une semaine, les sénateurs algériens ont trouvé l’origine des pénuries de produits alimentaires et sont même arrivés à quantifier le pourcentage de produits alimentaires algériens que les contrebandiers font passer en Tunisie.

>>> LIRE AUSSI: En plus de la pénurie de l’huile, les Algériens courent désormais derrière le lait

Ainsi, après les commerçants spéculateurs et la «main extérieure», c’est désormais la contrebande à destination de la Tunisie qui est pointée du doigt. Seulement, si la contrebande de carburant algérien est courante entre les deux pays, celle des produits alimentaires, bien que réelle, l’est beaucoup moins.

La faute incombe surtout au différentiel des prix de certains produits à cause des importantes subventions accordées aux produits alimentaires de première nécessité en Algérie. Du coup, les parlementaires algériens en ont profité pour appuyer la levée des subventions sur les produits alimentaires, qui pourrait permettre aux autirités d'économiser jusqu'à 8 milliards de dollars en dépenses budgétaires. 

Et il est peu probable que les pénuries d’huile et de sachets de lait ordinaire qui manquent aux ménages algériens soient le fait uniquement de l'activité des contrebandiers. 

>>> LIRE AUSSI: Algérie. Pénuries et inflation: Tebboune reconnaît son échec et ouvre la voie aux importations

En effet, ces pénuries sont grandement le fait de la politique des autorités visant à interdire les importations de produits finis, mais aussi des intrants entrant dans la production de nombreux produits alimentaires. C’est le cas de l’huile dont certains producteurs dépendent des importations de matières premières, mais aussi du lait dont la production dépend fortement des importations du lait en poudre. Ces interdictions d’importation entrainent des baisses de production et donc des pénuries pour des produits de large consommation.
Le 24/01/2022 Par Karim Zeidane