Fermer

Algérie. Visa Schengen: les professeurs universitaires algériens indésirables en France

Mise à jour le 29/12/2018 à 11h32 Publié le 29/12/2018 à 11h29 Par Karim Zeidane

#Politique
Visa Algérie-France
© Copyright : DR

#Algérie : Après les élus, les professeurs universitaires algériens eux aussi se retrouvent ciblés par des restrictions à l'octroi du visa Schengen. Ils figurent ainsi désormais dans la «liste noire» des services consulaires français et se voient de plus en plus refuser ce sésame.

Même si les consulats français nient tout durcissement des conditions d’octroi de visas Schengen aux algériens, les faits semblent prouver le contraire. Ainsi, après les refus de visas aux parlementaires algériens, c’est au tour des professeurs algériens de faire les frais des restrictions dans l’attribution de visas par ces mêmes services consulaires français en Algérie, selon plusieurs sites algériens, dont  algériemondeinfos.com et observalgerie.com.

Selon ce dernier média, «plusieurs enseignants universitaires se sont vus refuser un visa, alors qu’ils ont déposé les documents justifiant le motif du séjour. D’autres enseignants en droit, ou des docteurs, ont vu leur demande classée sans suite».


LIRE AUSSI: Visas Schengen: Alger dans le collimateur de la Commission de l’Union européenne


Pour ce qui est du motif du rejet des demandes de visas, les professeurs se voient notifier comme raison «dossier incomplet». Une raison qui ne tient pas la route pour ces universitaires qui ont toujours déposé les mêmes dossiers pour obtenir le visa européen. 

Cette situation qui n’est pas sans rappeler celle qui avait touché les élus de l’Assemblée populaire nationale (ANP) algérienne. Plusieurs élus algériens et les membres de leur famille s’étaient ainsi vus refuser un visa d’entrée en France en octobre dernier. Une décision qui avait soulevé un tollé, sachant que ce visa était autrefois systématiquement accordé à ces élus.


LIRE AUSSI: Algérie. Visas Schengen: l’Espagne instaure un engagement sur l’honneur pour les députés algériens


Si la raison avancée pour justifier les restrictions de visas aux professeurs n’est pas vraiment valable, il faudra certainement chercher du côté de celle qui a été avancée pour restreindre les octroies de visas aux parlementaires algériens. Autrement dit, il y a certainement des professeurs qui obtiennent le visa et qui ne reviennent plus en Algérie.

A ce fait, s’ajoute aussi le fait que l’Algérie se trouve actuellement dans le collimateur de la Commission de l’Union européenne avec 17 autres pays, auxquels est appliqué le principe de «Visa contre le rapatriement des immigrants illégaux».

En effet, le nombre d’Algériens en situation irrégulière ne cesse d’augmenter au sein de l’Espace Schengen et un certain nombre de ces clandestins sont entrés de manière légale, avec un visa mais ne sont pas revenus dans leur pays après expiration de celui-ci.

Selon le Directeur centrale de a police française des frontières, Fernand Gontier, «beaucoup d’Algériens arrivent avec des visas mais ne repartent plus».


LIRE AUSSI: Algérie. Union européenne: pas de restrictions des visas aux Algériens, mais…


Ainsi les parlementaires algériens, accusés de trafic de visas, se sont vus obligés de signer un engagement sur l'honneur par les autorités consulaires espagnoles. Dans ce document, ils attestent qu'ils vont revenir en Algérie après expiration du visa qui leur a été accordé.

Cette décision des autorités espagnols s’explique par le fait qu’à cause des restrictions au niveau des consulats français, les députés algériens tentaient de contourner les règles des consulats français en sollicitant ce même visa Schengen auprès les autorités consulaires espagnoles. C'est désormais raté. 
Le 29/12/2018 Par Karim Zeidane