Fermer

Zimbabwe: le vice-président limogé s'exile et défie le couple Mugabé

Mise à jour le 08/11/2017 à 19h47 Publié le 08/11/2017 à 19h24 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Mugabe et Grace

Robert Mugabe et son épouse Grace.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le vice-président zimbabwéen limogé, Emmerson Mnangagwa, a fui le pays mais a promis mercredi de défier le président Robert Mugabe et son épouse Grace, qui se prennent pour des "demi-dieux" et ne servent, selon lui, que leurs intérêts.

Deux jours après son éviction, Mnangagwa, longtemps pressenti comme un possible dauphin du chef de l'Etat, est sorti du silence pour s'en prendre violemment au couple Mugabe.

Le président, au pouvoir depuis 1980, est "une personne entêtée qui pense être en droit de diriger jusqu'à sa mort" le Zimbabwe, a dénoncé son ancien bras droit dans un communiqué, annonçant qu'il avait fui son pays à cause de "menaces incessantes". Il n'a pas précisé où il s'était réfugié.

Mugabe, à 93 ans le plus vieux chef d'Etat en exercice de la planète, a prévu de se présenter à la présidentielle de 2018 et assuré qu'il comptait régner jusqu'à ses 100 ans.

"Le temps est venu de dire non aux demi-dieux et personnes qui sont autocentrées et ne pensent qu'à elles-mêmes et leur famille", a estimé l'ancien vice-président, dans une attaque directe contre Mugabe et son épouse Grace.


LIRE AUSSI : Zimbabwe: Mugabe célèbre ses 37 ans de pouvoir et en redemande


Le parti de la Zanu-PF (au pouvoir) "n'est pas votre propriété personnelle ni celle de votre épouse, comme bon vous semble", a encore lancé M. Mnangagwa, promettant de "revenir au Zimbabwe pour diriger" la formation politique.

Lundi, cet ancien fidèle de Mugabe, surnommé le "Crocodile" en raison de son caractère impitoyable", avait été démis de ses fonctions pour son "manque de loyauté" envers le chef de l'Etat.

Une décision interprétée par l'opposition comme une stratégie destinée à laisser le champ libre à la Première dame, âgée de 52 ans, pour succéder le moment venu à son mari, à la santé chancelante.

Depuis des semaines, Mnangagwa était la cible d'une campagne de dénigrement orchestrée par Mme Mugabe, connue pour son tempérament de feu.


LIRE AUSSI : Zimbabwe: une coalition de partis d'opposition pour battre Mugabe en 2018


La Première dame "a déversé de fausses informations, des commentaires injustes et irresponsables à mon égard", a affirmé mercredi l'ancien vice-président.

Elle l'a accusé d'avoir ourdi des complots, notamment d'avoir préparé un coup d'Etat au moment de l'indépendance en 1980.

'Président pour toujours'

Mugabe a défendu pour la première fois mercredi sa décision de se débarrasser de son vice-président, qu'il n'a pas encore remplacé.

"On lui a réglé son compte et nous espérons faire de même avec ceux qui conspiraient avec lui", a-t-il déclaré au quartier général de son parti à Harare devant des milliers de ses partisans venus apporter leur soutien au couple présidentiel après un week-end houleux.

Samedi, Grace Mugabe, qui dirige la puissante Ligue des femmes de la Zanu-PF, avait été huée à l'occasion d'une réunion politique à Bulawayo (ouest), deuxième ville du pays.


LIRE AUSSI : Zimbabwe: Grace Mugabe demande à son mari de désigner son dauphin


Mercredi, elle a salué "le président pour toujours du Zimbabwe". "Personne ne te remplacera jusqu'à ce que Dieu en décide autrement", a-t-elle affirmé sous les applaudissements.

La Zanu-PF, au pouvoir depuis l'indépendance du Zimbabwe en 1980, semble plus divisée que jamais.

Dans sa conquête du pouvoir, Grace Mugabe est soutenue par le groupe "G-40", composé de jeunes militants de moins de 40 ans réputés pour leur agressivité. Mnangagwa peut lui compter sur l'appui des anciens combattants de la guerre d'indépendance.

Leur président, Chris Mutsvangwa, a cependant exclu la possibilité d'un renversement de régime après l'éviction du "Crocodile", ancien patron des services de renseignements.

"On ne soutient pas les coups d'Etat", a-t-il affirmé lors d'un point presse mercredi à Johannesburg, accusant Grace Mugabe d'être l'auteur d'un "coup d'Etat grâce à son certificat de mariage". "Nous devons nous y opposer", a-t-il lancé.

Mnangagwa "va-t-il encourager le peuple à descendre dans la rue ?", s'est demandé Derek Matyszak, analyste à l'Institut des études de sécurité (ISS) à Pretoria. "Ca reste à voir", a-t-il répondu, prudent.
Le 08/11/2017 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi