Fermer

Sénégal: mystère autour de la saisie de 3.900 munitions de guerre destinées à la Mauritanie

Mise à jour le 03/11/2019 à 16h26 Publié le 03/11/2019 à 16h23 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Société
Munitions
© Copyright : DR

#Mauritanie : La saisie par la gendarmerie sénégalaise de 3.900 munitions de guerre fait la une de presse dakaroise ce weekend. Une histoire révélée dans un contexte sécuritaire sous régional trouble marqué par la répétition d’attaques terroristes au Mali et ailleurs dans le Sahel.

Le site d’information en ligne «Dakar Actu» rapporte «que l’affaire des 3.900 munitions de guerre saisies dans la nuit du 26 au 27 octobre, révélée par le quotidien L’Observateur de ce samedi, est plus grave qu’il n y paraît».

Car, selon des informations recueillies par «Dakaractu», cette saisie «n’est que la partie visible d’un trafic organisé autour de la vente illicite des munitions volées dans un ou des dépôts de l’armée sénégalaise. C’est dire que les auteurs ont, à maintes reprises, réussi à passer entre les mailles du filet».

Au cours de cette opération, les pandores ont arrêté au niveau de la localité de Pire (30 kilomètres au Nord-Est de Thiès) un véhicule de marque Mercedes conduit par un individu de nationalité sénégalaise, à bord duquel des munitions de calibre 7,62 millimètres ont été retrouvées.


LIRE AUSSI: Des trafiquants d'armes israéliens et sénégalais alimentent la guerre au Sud-Soudan


Auditionné par la gendarmerie «le conducteur du véhicule a avoué avoir emprunté, à  plusieurs reprises, ce tronçon avec, dans les malles de son véhicule, des munitions destinées à l’armée. Son point de chute est Rosso Sénégal, à la frontière avec la Mauritanie. Il mouille un autre chauffeur établi à Rosso. C’est ce dernier qui aura dénoué une partie de l’énigme en livrant aux gendarmes le nom du mauritanien impliqué dans cette affaire, qui est loin d’avoir révélé tous ses secrets».

Etape capitale dans l’évolution de l’enquête préliminaire «l’arrestation au cours des prochains jours, voire les prochaines heures, du militaire sénégalais qui serait le chef d’orchestre de cette bande de malfaiteurs, devrait édifier les autorités sur la destination réelle de ces munition de calibre 7,62 utilisées pour les armes de guerre comme la célèbre kalachnikov».


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: l’armée à la recherche des armes disparues de Bouaké


Pour le moment, les individus arrêtés sont le chauffeur du véhicule transportant les munitions, Macky Talla N’Diaye, et Ahmed N'Diaye, un autre chauffeur basé à Rosso Sénégal, qui aurait sollicité le premier «en vue de transporter de la ferraille» à partir de Dakar. Ce dernier à mouillé un certain Mustapha, vivant en Mauritanie, comme le destinataire de la curieuse «ferraille».

Un militaire sénégalais au cœur d’un trafic de munitions?

L’audition des individus arrêtés par les hommes du commandant de Brigade de la gendarmerie, Abdoulaye Diallo, a révélé aux enquêteurs «que les colis ont été remis par un certain B. Sangare, un militaire en service au camp Lemonnier de Dakar. Informé de l’arrestation du convoyeur de munitions, Sangaré a quitté sa tenue pour se fondre dans la nature. Aujourd’hui, le militaire déserteur est activement recherché par les hommes en bleu et sa fuite suscite de nombreuses questions. Pourquoi a-t-il déserté? A-t-il volé des munitions de
l’armée? A-t-il opéré avec d’autres complicités dans les rangs?». Autant de questions que soulève le quotidien du groupe «Futur Média».


LIRE AUSSI: Afrique centrale: plus de 10 millions d’armes légères en circulation


L’autre grosse équation dans ce début de feuilleton est liée à l’identité du destinataire  final de cette importante cargaison. Et pour quelle raison devrait-elle transiter par la Mauritanie? Cela dans le contexte d’un Sahel ou l’action des groupuscules terroristes va  crescendo.


LIRE AUSSI: Mali: la Minusma déterre une importante cache d’armes et de munitions


Au plan technique, «les munitions de type 7,62 millimètres sur bande sont extrêmement performantes. Utilisées dans les grands conflits, elles sont destinées aux armes lourdes portées par des chars de combat ou des véhicules de type pick-up, seuls aptes à supporter les rafales qu’elles envoient.

Ces munitions performantes ont un pouvoir de pénétration et de perforation redoutable. D’après les experts, elles peuvent provoquer un carnage en quelques minutes» dans la conduite des opérations de guerre, selon la presse de Dakar.
Le 03/11/2019 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya