Fermer

Mauritanie. Polémique: quand un leader anti-esclavagiste recadre certains journalistes arabophones

Mise à jour le 03/10/2019 à 11h46 Publié le 03/10/2019 à 11h11 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Société
Mauritanie: voici ce qu’a dit Biram Dah Abeid au président Ghazouani
© Copyright : DR

#Mauritanie : Devant les caméras, après sa rencontre avec le président Mohamed Cheikh ould Ghazouani, Biram Dah ould Abeid, leader anti-esclavagiste, a débuté sa conférence en français, et non en arabe. Une entorse aux usages officiels, qu'il a tenu à justifier, mais qui a déclenché une polémique. Explications.

En conférence de presse à Nouakchott mardi dernier, le 1er octobre en début d’après-midi, Biram Dah Abeid, député, leader de l’Initiative de Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA) et candidat malheureux à l’élection présidentielle du 22 juin 2019, classé second de ce scrutin avec plus de 18% des suffrages, a fait une entorse à un usage bien établi.

Le leader anti-esclavagiste a en effet choisi de parler d'abord en français, avant l'arabe, et a justifié ce choix par des propos qui ont ensuite fait polémique. Dans la salle, les journalistes de la presse arabophone en ont d'ailleurs eu les oreilles qui sifflaient. 


LIRE AUSSI: Mauritanie: les propos d’un conseiller saoudien sur l’arabité de quelques pays de la Ligue arabe fâchent


En effet, selon un usage solidement établi début des années quatre-vingt-dix, les hommes politiques mauritaniens, qu'ils soient issus des communautés arabo-berbères ou haratine, entament toujours leur sortie devant la presse par un exposé préliminaire, en langue arabe.

Utilisé dans une grande partie de l’administration, le français, langue de l’ancien colonisateur, est cependant parlé par une importante partie des Mauritaniens, alors que l’arabe est procamée langue officielle du pays par la constitution.



LIRE AUSSI: Vidéo. Mauritanie: voici ce qu’a dit Biram Dah Abeid au président Ghazouani


Lors de cette rencontre avec des médias mauritaniens, mais aussi internationaux, pour évoquer les sujets abordés au cours de cette audience de plusieurs heures qu'il a eue, la veille, lundi 30 septembre, avec le président Mohamed ould Cheikh El Ghazouani, le leader abolitionniste a lancé, sur un ton délibérément provocateur: «je commence mon exposé préliminaire en français. Les arabophones ont l’habitude de vider les lieux à travers un mouvement créant une véritable bataille qui gênent leurs collègues francophones à chacune de mes sorties devant les médias, dès la fin du discours dans cette langue».

Ces propos surviennent quelques semaines à peine après une déclaration d’une association qui entend promouvoir la langue arabe en Mauritanie, et qui exige que le français ne soit plus utilisé dans les courriers officiels de l'administration publique.


LIRE AUSSI: Mauritanie: un appel à une arabisation exclusive fait resurgir les vieux démons de la division


Cette requête, qui avait entraîné de nombreuses réactions, ainsi qu'un débat passionné et très polémique, risque fort d'être ravivée par la déclaration de Biram Dah Abeid. 

Député, il a été élu à l’assemblée nationale à la suite des législatives de septembre 2018, sur la base d’une alliance entre son mouvement et le parti Sawab, issu de la mouvance nationaliste arabe. Ses alliés apprécieront-ils son usage du français face aux médias?
Le 03/10/2019 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya