Fermer

Sénégal: un forum des Caisses de dépôt pour une vulgarisation du modèle en Afrique

Mise à jour le 21/09/2019 à 16h16 Publié le 21/09/2019 à 16h16 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Economie
Caisse de dépots
© Copyright : DR

#Sénégal : Le 5ème Forum des Caisses de Dépôt a réuni à Dakar les directeurs généraux, les acteurs du secteur économique et les experts financiers d’Afrique et d’Europe. Une occasion pour eux de plaider en faveur de la vulgarisation du modèle dans le continent.

Pour une première en Afrique subsaharienne, le Forum des Caisses de Dépôt s’est tenu à Dakar, lundi 18 septembre à Dakar avec pour thème principal: «la problématique des ressources à mobiliser pour le financement des infrastructures structurantes».

Les acteurs économiques ont, dans le cadre de cette rencontre, tenté d’asseoir les bases d’une collaboration pour la promotion de ce modèle qui s’étend de plus en plus en Afrique.

Pour rappel, les Caisses de Dépôt des différents pays réunissent, sur une longue période, une catégorie d’investisseurs institutionnels publics. Leur apport dans le développement économique de leur pays, à travers plusieurs missions n’est plus à démontrer.


LIRE AUSSI: Sénégal-Maroc: la CDG et la CDC érigeront une cité jumelle de Casablanca Finance City à Dakar


Elles disposent de ressources assez stables et permanentes, tirées de la gestion des fonds de retraite, de la collecte et de la mobilisation des ressources de l’épargne publique, qui leur permettent de réaliser les projets qui leur sont confiés. Elles veulent, à partir de la rencontre de Dakar, créer des synergies pour la pérennisation de ce modèle.

«Nous avons beaucoup d’ambitions, d’abord dans le fond parce que nous avons des stratégies que nous mettons en place au niveau des différentes caisses en terme de collecte et d’investissement. Dans la forme, nous avons besoin de nous retrouver pour voir comment essayer de faire la mue pour faire de cette mutualisation des forces une association. Au niveau communautaire en Afrique pour ce qui nous concerne, nous allons essayer de nous retrouver et d’échanger avec les gouvernants afin d’asseoir quelque chose de concret; sur le plan mondial, nous bénéficions de l’expérience d’un pays comme la France qui a démontré la résilience de ce modèle», a soutenu, Cheikh Ahmed Tidiane Ba, directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations du Sénégal (CDC).


LIRE AUSSI: Sénégal: la Caisse de dépôts et de consignation (CDC) mauvais payeur


Pour sa part, Paul Kaba Thiéba, ancien Premier ministre du Buskina faso et actuel, directeur général de la Caisse des dépôts et Consignations de son pays, la réputation mondiale de ce modèle d’institution financière n’est plus à démontrer.

«Dans l’UEMOA on connaît  surtout les banques ordinaires, mais si vous parlez de caisse de dépôt,  les gens ne savent pas au juste de quoi il s’agit, les caisses de dépôt et de consignation sont un concept qui est nouveau dans notre environnement. C'est un concept qui a fait ses preuves dans certains  pays, notamment en France, où elle existe depuis 200 ans. Nous avons pensé que le modèle des caisses de dépôt et de consignation peut être un instrument de financement du développement de nos économies. Tous les pays de l’UEMOA croient que le modèle peut  être un instrument supplémentaire pour financer le développement. Parce que la caisse de dépôt, le modèle, sa fonction reposent sur la canalisation, la mobilisation de l’épargne populaire, mais aussi la canalisation et la mobilisation de l’épargne à long terme de manière à pouvoir utiliser ses ressources à long terme pour financer des missions d’intérêt général », a-t-il précisé à l’issue des travaux de cette 5ème édition du Forum des Caisses de dépôt.


LIRE AUSSI: Maroc-Niger: la Caisse de Dépôt et de Gestion du Maroc transfère son expertise à Niamey


«Cette rencontre est un moment important d’échanges entre Caisses de dépôt. Elle permet aux acteurs économique d’échanger sur les bons procédés afin de réussir nos mission d’appui aux politiques publiques et d’intérêt général», a soutenu, quant à lui,  Diagana Mouhamed Youssouf, directeur général de la Caisse des dépôts et développement (CDD) de la Mauritanie.

Selon lui, elle vient à son heure et «doit permettre au terme des discussions de convenir sur des recommandations d’ordre opératoire de manière  à permettre à nos jeunes caisses, de répondre aux attentes plus fortes d’autant plus grandes que ce sont celles des populations».
Le 21/09/2019 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

à lire aussi