Fermer

Sénégal. Accidents de la route: même les ministres n’y échappent pas

Mise à jour le 27/03/2017 à 09h35 Publié le 27/03/2017 à 09h29 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Le garde des sceaux, ministre de la justice, encore victime d'un accident de la circulation

Le garde des sceaux, ministre de la justice, encore victime d'un accident de la circulation

© Copyright : DR/

#Sénégal : Le ministre Sénégalais de la justice Me Sidiki Kaba, et son chauffeur font désormais partie des statistiques de blessés suite aux accidents. Victimes d'une sortie de route, ils ont du être évacués d’urgence par avion à Dakar.

Malgré les 10 «commandements» du ministère des Infrastructures, des transports terrestres et de l’équipement pour juguler l’insécurité routière, les accidents routiers continuent à faire des victimes. Même les ministres ne sont pas épargnés, Le ministre de la justice, maitre Sidiki Kaba en a fait les frais. Vers 12h, ce dimanche 26 mars 2017, la voiture du Garde des Sceaux a eu un choc frontale à Missirah, un village situé entre Kaffrine et Koungheul.

Toutefois, le ministre s’en est sorti avec des égratignures et de enflures au niveau des jambes. Moins chanceux cependant, le chauffeur du Garde de Sceaux se retrouve avec deux fractures, l’une au niveau du bras gauche et l’autre au niveau du tibia gauche. Evacués  au service des urgences du Centre hospitalier régional de Tambacounda où ils ont reçu les premiers soins, ils ont été transférés par avion, à l’hôpital Principal de Dakar.
 


LIRE AUSSI: Sénégal: un week-end meurtrier sur les routes



Joint au téléphone par le360 Afrique, Pape Thiam, un des chauffeurs du ministre de la justice, présent à l’hôpital principal, précise qu’il y a eu plus de peur que de mal. «Le ministre a juste eu des blessures au niveau des jambes, c’est le chauffeur qui a eu deux fractures au niveau du bras et de la jambe gauche ». Ces propos concordent avec ceux de Mouhamed Mounir Tandjigora, attaché de cabinet du ministre de la Justice qui précise avoir «échangé au téléphone avec le ministre», mais « le Chauffeur, qui était coincé sur son siège après l’accident, est plus sérieusement touché», a-t-il avancé.

A noter que cet accident est le deuxième dont est victime maitre Sidiki Kaba sur l’axe Dakar-Tambacounda depuis qu’il est à la tête du ministère de la Justice. Un énième accident dont sont victimes les automobilistes et qui repose avec acuité le débat sur la sécurité sur les routes sénégalaises qui font tous les jours, de nombreuses victimes mortelles et des blessés graves. Malheureusement cette route Kaffrine-Tambacounda est l’une des plus dangereuses du Sénégal.

Le 26 janvier 2017, une collusion entre un camion citerne et un minicar de transport en commun, à hauteur du village de Mbadinène à Malem Hodar, avait fait 16 morts et 21 blessés graves. De même, au début du mois de mars, on a eu droit à une fin de semaine meurtrière avec 32 morts dans deux accidents, dont 18 personnes brulées vives. 
 


LIRE AUSSI: Sénégal. Choc entre un camion citerne et un minibus: 18 passagers brûlés vifs



La majeure partie des accidents de la route au Sénégal est imputable à l’irresponsabilité humaine. A l’inconscience de certains usagers qui ne respecte pas le code de la route, s’ajoute à cela la vétusté du parc automobile et l’état cahoteux de certains axes routiers.

Pour lutter contre les accidents de la route, le ministère des Infrastructures, des transports terrestres et de l’équipement a émis 10 nouvelles mesures qui viennent renforcer le Code de la route.  Néanmoins, une chose est d’inventer de nouvelles lois, une autre est d’accentuer la coercition en changeant la mentalité de certains agents de la police qui, à cause de leur comportement douteux avec certains chauffeurs, sont loin d’être des modèles d’intégrité.

Le 27/03/2017 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé