Fermer

Sénégal. Police, douane et gendarmerie: trois usurpateurs de fonction tombent

Publié le 09/02/2018 à 11h32 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
policier sénégal

#Sénégal : Est-ce la partie visible de l’iceberg ou une tendance très tôt découverte? Au Sénégal, on ne parle plus que de cela. La police, la gendarmerie et la douane sont envahies par des usurpateurs de fonction.


A peine a-t-on cessé de parler du faux douanier et du faux gendarme qu’un faux policier pointe le bout du nez. Répondant au nom de J.M. Coly, l'homme a été convoqué au commissariat de Mbour suite à une plainte de sa petite amie, une certaine Monique. Le mis en cause s’était présenté à elle comme un policier basé à Thiès, à 70 km à l’est de Dakar.

J. M. Coly aurait mal digéré la rupture avec cette femme, avec qui il entretenait une relation amoureuse depuis quelques mois. Pour essayer de sauver leur idylle, il l'invite à dîner dans un restaurant de Mbour. Leur tête-à-tête au restaurant terminé, J.M. Coly la raccompagne chez elle. Face au refus de cette dernière de le faire entrer, l'homme, pris d'une crise de folie, défonce la porte et la rue de coups.


>>>LIRE AUSSI: Cameroun. La Commission anticorruption doublée par de faux agents

Un voisin vole à son secours et alerte la police qui arrêtera l’agresseur. Conduit au commissariat de Mbour, J.M. Coly sera par la suite déféré au parquet de Thiès. Il sera retenu pour usurpation de fonction, violences et voie de fait, violation de domicile et destruction volontaire de biens d’autrui.

Un faux gendarme tombe à Diamniadio

La mise sous mandat de dépôt de J.M. Coly intervient quelques jours après l’arrestation à Diamniadio d’un autre individu vêtu d'un uniforme bleu, alpagué par d'autres hommes en tenue similaire. Sauf que le premier était un usurpateur. 

L'individu en question opérait comme faux gendarme de la brigade routière de Diamniadio. Selon l’adjudant major Médoune Gningue de la brigade de Diamniadio, les gendarmes ont été «alertés par un taximan de la présence d’un individu vêtu d’un uniforme appartenant à la gendarmerie.  Nous avons envoyé une équipe sur les lieux. Mais dès que l'individu a vu le véhicule, il a pris la fuite avant d'être neutralisé rapidement». Les gendarmes découvriront après enquête que l'énergumène était aussi un cambrioleur. 

>>>LIRE AUSSI: Mauritanie. Faux diplômes: un fléau très inquiétant qui gangrène l'administration

Le faux gendarme a ainsi indiqué le lieu d'une cachette renfermant un énorme butin. Arrivé sur les lieux, les gendarmes y découvrent des objets volés dont des effets appartenant à des militaires. 

«L'enquête nous a permis de savoir que le mis en cause est une personne bien connue de nos services. Il a visité beaucoup d'entreprises qui ont été cambriolées». Confondu par les gendarmes, le malfaiteur a dénoncé ses receleurs qui ont eux-aussi été appréhendés. Ils ont tous été inculpés pour vol, complicité de vol et usurpation de fonction.

Un faux douanier dénoncé par sa copine

Mais l'affaire qui a fait le plus de bruit est celle d'un faux douanier appréhendé par la Section de recherche de la gendarmerie de Dakar, trois semaines auparavant.


>>>LIRE AUSSI: Algérie: un tribunal annule les faux diplômes de deux ministres

Répondant au nom d’Amdy Laye Mbengue, l'homme opérait depuis plusieurs années comme préposé des douanes. L’individu en question avait même convaincu sa femme, qui croyait avoir épousé un douanier, jusqu’à l’arrestation de ce dernier. Le faux douanier disposait à la fois d’une fausse carte professionnelle qu’il s’était confectionné lui-même et d’un uniforme.

Mais les choses se sont compliquées quand Amdy Laye a promis le mariage à sa maîtresse, laquelle, méfiante, a vérifié la vraie identité auprès de la douane sénégalaise. Il s'est avéré que l'homme qui opérait sur certains axes de l’intérieur du Sénégal n’appartenait pas au corps des douanes. La section de recherche de la gendarmerie n’a pas mis beaucoup de temps à le neutraliser. Déféré au parquet, il a été jugé et condamné à 4 ans de prison ferme.


Le 09/02/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé