Fermer

Sénégal: un influent député tombe pour trafic de faux billets de banque

Mise à jour le 22/11/2019 à 12h46 Publié le 22/11/2019 à 12h45 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Bougazelli

Bougazelli

© Copyright : DR

#Sénégal : Le député de la mouvance présidentielle, Seydina Fall, alias Bougazelli, a été placé en garde à vue mercredi 20 novembre et sera présenté au juge ce vendredi 22 novembre. Il est impliqué dans une affaire présumée de trafic de faux billets de banque en euros et dollars, d'un montant important.


Depuis une semaine l'affaire défraie la chronique au pays de la Teranga, au vu de l'influence de l'ex-honorable député Seydina Fall qui a déposé sa démission mardi 19 novembre de ses fonctions à l'Assemblée nationale du Sénégal. 

Celui qui fut président de la Commission des délégations au Parlement, membre fondateur de l’Alliance pour la République (APR), le parti du président Macky Sall, est visiblement en disgrâce. Aucun de ses camarades de parti ne lui a témoigné publiquement son soutien, tant l'affaire à laquelle il est mêlée est sulfureuse. 

Dans le cadre d'une enquête sur un vaste trafic de fausse monnaie où cinq autres personnes avaient été arrêtées, il aurait été piégé par la gendarmerie. 


>>>LIRE AUSSI: Centrafrique: les faux billets de banque en circulation préoccupent les autorités

Parmi les personnes concernées, il y aurait un célèbre rappeur sénégalais dont le nom n'a pas été révélé, un Burkinabè présenté comme l'un des cerveaux du trafic, et quatre autres personnes toutes de nationalité sénégalaise.

De source proche de l’enquête, ce membre de l’APR a été balancé par le rappeur qui aurait communiqué son nom aux enquêteurs de la Section de Recherches.

Jeudi 14 novembre dernier, Bougazelli, qui clame toujours son innocence, a été piégé par la section de recherche de la gendarme. Selon la presse sénégalaise, l'un de ses présumés complices, déjà arrêté, l'a appelé pour lui dire qu'un client avait besoin de l'équivalent de 46 millions de Fcfa en faux euros et faux dollars contre paiement de 3 millions de Fcfa en vrais billets de la devise locale. Le clent était en réalité l'un des enquêteurs de la section de recherche. 


>>>LIRE AUSSI: Sénégal: la nouvelle plaque tournante du trafic international de drogue

Rendez-vous est pris non loin d'une station service à Dakar. C'est quand l'honorable député a ouvert le coffre de sa voiture pour livrer la commande de fausse monnaie que son client a décliné sa vraie identité. Les autres enquêteurs, en planque, filmaient toute la scène avant de procéder à son interpellation. Le député aurait alors crié, toujours selon plusieurs organes de presse: "wuy yaqquna (mon dieu, je suis foutu)"!

Mais, dans une longue interview accordée à la chaîne de télévision 7tv, Seydina Fall donne une autre version. il affirme avoir saisi le sac d'un de ses amis, du nom de Pape Malick Sy alias Kals, qui lui devait la somme de 3 millions de Fcfa, reliquat du prix d'un terrain qu'il lui avait vendu. Il jure sur tous les saints qu'il ne savait pas ce que contenait le sac. Il affirme que s'il s'est présenté au rendez-vous, c'est parce que son débiteur lui avait dit au téléphone que quelqu'un allait lui apporter les 3 milions. 

Pourtant, après son arrestation pour flagrant délit, les gendarmes l'ont laissé partir. Ils n'auraient pas réussi à faire venir l'un de ses avocats, sans la présence desquels, le règlement de la CEDEAO interdit le prolongement de la garde à vue. Après quoi, il n'a répondu aux convocations qui lui ont été adressées par la gendarmerie que quatre jours plus tard. Certains l'avaient cru en cavale. 


>>>LIRE AUSSI: Algérie et Tunisie: le trafic de devises s'intensifie dans les deux pays

 
Quoi qu'il en soit, Seydina Fall, qui dit avoir préparé sa famille à toutes les éventualités, a été retenu la nuit du mercredi au jeudi par la section de recherches de la gendarmerie de Colobane, commune de Dakar, après une audition qui a duré 6 tours heures. 

Cette affaire n'a pas encore révélé tous ses secrets. Cependant, la distance prise par ses camarades de parti dans cette affaire laisse penser que sa ligne de défense est très fragile. De plus, les gendarmes n'auraient jamais osé l'interpeller si le flagrant délit n'était pas établi. Enfin, après l'annonce de sa démission, mardi, l'homme s'était précipité sur les ondes de la radio RFM pour démentir, mais peu de temps après le président de l'assemblée nationale, Moustapha Niasse, a sorti un communiqué affirmant qu'il a bel et bien reçu la lettre de démission. 
Le 22/11/2019 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé