Fermer

Tunisie: importante rencontre économique pour booster le business avec l'Afrique

Mise à jour le 05/02/2018 à 13h02 Publié le 05/02/2018 à 12h53 Par Moussa Diop

#Economie
tunis

Tunis accueille la première édition du Financing, Investment and Trade in Africa (FITA), une rencontre entre plus de 1000 opérateurs économiques pour développer les affaires avec le continent.

#Tunisie : La ville de Gammarth, située au nord-est de Tunis, accueillera, les 6 et 7 février 2018, la première édition du Financing, Investment and Trade in Africa (FITA). Plus de 1.000 opérateurs économiques y sont attendus.

Tunisia-Africa Business Council (TABC) organise, les 6 et 7 février 2018, la première édition du Financing, Investment and Trade in Africa (FITA), en partenariat avec le gouvernement tunisien, l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA) et le Centre de promotion des exportations (CEPEX).

Cette importante manifestation, qui se déroulera dans la banlieue de Tunis, a pour but d’identifier les moyens susceptibles de développer des courants d’affaires entre la Tunisie et l’Afrique et d’inciter les opérateurs économiques tunisiens à investir davantage en Afrique.

Le choix de l’Afrique s’explique par le fait qu’il s’agit d’un marché à fort potentiel. Le continent, dont la classe moyenne se développe, représente actuellement plus de 1,2 million de consommateurs et devrait en compter 2,5 milliards en 2050. En outre, le continent connaît une dynamique certaine, comme en attestent les taux de croissance élevés affichés par de nombreux pays. Ainsi, sur les dix pays qui présenteront les meilleurs taux de croissance en 2018, six sont africains. Il s'agit du Ghana, de l'Ethiopie, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, de Djibouti et de la Tanzanie.


LIRE AUSSI: Tunisie: lancement du Forum économique «Rencontres Africa» 2017


En vertu de la qualité de ses produits et services dans un certain nombre de domaines (textile, habillement, agroalimentaire, produits hygiéniques, éducation-formation, etc.), la Tunisie peut tirer parti des opportunités qu’offre le continent africain.

D'où la volonté des opérateurs et du gouvernement tunisiens d’intensifier les relations économiques entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne. Cette volonté s’est matérialisée par le premier périple africain d’un chef du gouvernement tunisien dans un certain nombre de pays africains, la multiplication des missions d’affaires, l’ouverture de nouvelles représentations diplomatiques et de nouvelles lignes aériennes desservant le continent à partir de Tunis.


LIRE AUSSI: La Tunisie deviendra le 20e membre du COMESA en avril prochain


Cette volonté se concrétisera très prochainement par l’adhésion de la Tunisie au COMEASA (Common market for eastern and southern Africa –Marché commun d’Afrique orientale et australe), sachant que la Tunisie est par ailleurs membre observateur au sein de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest).

Avec cette conférence et d’autres initiées l’année dernière, la Tunisie souhaite rattraper son retard par rapport à des pays comme le Maroc ou l’Egypte. Toutefois, le pays part avec un certain nombre de handicaps. Le plus important est celui de la faiblesse des liaisons maritimes et aériennes à laquelle s'ajoutent les coûts élevés du transport de marchandises. Sur ce point, Express Air Cargo Tunis compte réduire le handicap en ouvrant 24 lignes sur le continent africain. 


LIRE AUSSI: Tunisie: Express Air Cargo va ouvrir 24 lignes sur l’Afrique


L'autre point noir est celui du financement, à cause de la faible présence des banques tunisiennes en Afrique pour accompagner les opérateurs économiques tunisiens, à la différence des entreprises marocaines qui bénéficient de la forte présence des filiales de leurs banques –Attijariwafa bank, BMCE Bank of Africa et Banque centrale populaire. 

Ces thèmes seront bien entendu abordés lors du FITA. Pour cette première édition, un millier d’opérateurs économiques sont attendus, en plus des représentants du gouvernement et des établissements publics, de banquiers, d'assureurs et d'experts économiques.
Le 05/02/2018 Par Moussa Diop

à lire aussi