Fermer

Tunisie. Sondage: la corruption et l’économie sont les deux préoccupations des Tunisiens

Mise à jour le 27/09/2017 à 16h23 Publié le 27/09/2017 à 16h20 Par Karim Zeidane

#Société
corruption
© Copyright : DR

#Tunisie : Les Tunisiens sont insatisfaits des mauvaises conditions économiques et la corruption qui prévaut dans leur pays. C'est ce qui ressort des résultats du nouveau sondage de l’Institut républicain international (IRI). La corruption est jugée plus importante qu'avant la révolution de 2011.

Les résultats du sondage réalisé par la société tunisienne Elka Consulting pour le compte de l’Institut républicain international (IRI) sont éloquents quant à la perception des Tunisiens de la situation économique, politique et sociale de leur pays.

Il ressort de cette enquête, la seconde du genre organisée par cet institut, que la corruption est la préoccupation majeure des Tunisiens. 89% des sondés affirment que la corruption est aujourd’hui plus élevée qu’avant la révolution de 2011 qui a renversé le régime de Ben Ali, pourtant accusée d’être très corrompu.


LIRE AUSSI : Tunisie: la corruption plus importante qu'au temps de Ben Ali


Et parmi les secteurs ou établissements les plus corrompus du pays figurent la santé. Les hôpitaux tunisiens sont en tête des établissements où les Tunisiens font le plus face à la corruption.

De même, 87% des Tunisiens sondés décrivent que la situation économique du pays comme très mauvaise (61%) ou mauvaise (26%). Sur le même registre, 44% estiment que le chômage est le plus grand problème auquel fait face le pays.


LIRE AUSSI : Tunisie-corruption: confiscation des biens des personnes arrêtées


Et pour sortir le pays de la crise, 72% des répondants estiment que la lutte contre la corruption est le meilleur moyen pour faire face à la crise économique. Ce que le gouvernement tunisien semble peut-être avoir compris en lançant il y a quelques semaines une lutte acharnée contre la corruption qui a touché particulièrement certains barrons proches de l’ancien régime.

Autre enseignement de ce sondage, les Tunisiens ne font plus confiance aux politiques. Ainsi, 50% des sondés affirment qu’ils sont «peu» (9%) ou «très peu» (41%) à avoir l’intention de participer aux votes pour les prochaines élections municipales.
Ce sondage a concerné un échantillon de 1.226 Tunisiens âgés de 18 ans.


Le 27/09/2017 Par Karim Zeidane

à lire aussi