Algérie: lassé par la piètre qualité du débit Internet, Tebboune ordonne de trouver une solution immédiatement

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune.. DR

Le 24/08/2020 à 12h22, mis à jour le 24/08/2020 à 19h56

La piètre qualité de la connexion Internet en Algérie durant ces derniers jours a fait réagir le président Abdelmadjid Tebboune. Mais la mauvaise qualité du réseau est structurelle, comme l’attestent les positions non enviables de l’Algérie dans de nombreux classements internationaux.

L’Algérie connaît depuis quelques jours des perturbations de la connexion Internet qui touche tous les réseaux: Algérie Telecom, Djezzy, Ooredoo et Mobilis. La connexion à Internet est très lente et l’accès aux réseaux sociaux et à plusieurs sites est fortement perturbé.

Les citoyens sont très mécontents et les opérateurs qui imputent surtout cette situation à l’opérateur Algérie Telecom et aux autorités en charge du secteur des Technologies de l’information et des communications (TIC).

Devant cette colère des internautes algériens, le président Abdelmadjid Tebboune est sorti de ses gonds, et a ordonné au ministre des Postes et des télécommunications de «venir à bout, immédiatement, du problème de faiblesse de débit internet et élaborer un rapport détaillé sur ce dossier».

Il a demandé au ministre des Postes de «trouver une solution définitive au problème de faisabilité du débit internet, définir les facteurs nuisibles et soumettre le dossier au Conseil des ministres si le besoin se fait sentir».

Cette réaction vise surtout à faire face au mécontentement populaire au sujet des lenteurs du réseau Internet dans le pays, et qui démontre, une fois de plus, l’absence d’une vision stratégique pour ce secteur vital qui conditionne la compétitivité de nombreux secteurs d’activité.

Les perturbations enregistrées ces derniers jours ne sont que le reflet des défaillances du secteur des Technologies de l’information et des communications (TIC), même si l’opérateur Algérie Telecom essaye de l’imputer à des perturbations enregistrées sur le réseau Internet international, qui affecte certains pays.

En effet, la qualité du réseau Internet en Algérie a toujours été pointée du doigt par les cabinets et magazines internationaux spécialisés qui effectuent régulièrement des classements sur les débits d’Internet dans le monde.

En décembre 2019, Speedtest Global Index, site spécialisé dans les données de connexion mobile et fixe, avait classé l’Algérie parmi les 5 pires connexions Internet du monde.

Le site avait classé l’Algérie au 138e rang mondial sur 139 pays étudiés au niveau de la connexion mobile, alors que le Maroc et la Tunisie ont été classés au 56e et 72e rang mondial avec respectivement 33.04 mbps et 25.04 mbps.

En ce qui concerne le réseau fixe, l’Algérie s’est positionnée au 173e rang mondial sur 176 pays classés avec une vitesse de connexion de 3.99 mbps, devançant trois pays: Vanuatu (3.87 mbps), le Venezuela (3.64 mbps) et le Turkménistan (2.06 mpbs).

C’est aussi le cas de CeoWorld, un magazine américain spécialisé dans les réseaux Internet, qui a classé en février dernier l’Algérie au 182e rang mondial sur 207 pays et territoires, en matière de vitesse de connexion Internet, avec une vitesse moyenne de téléchargement de seulement 1.37 Mbit/s, contre une moyenne mondiale de 11 Mbit/s.

Un classement qui intervient alors que le pays occupant le haut du classement est l'île de Taïwan avec 85.02 Mbit/s. En Afrique, le premier pays, l’Afrique du Sud, dispose d’un réseau avec une vitesse de téléchargement de 8.4 Mbits/s.

Quant aux voisins immédiats de l'Algérie, le Maroc et la Tunisie, ils affichent respectivement des vitesses de téléchargement de 5.02 Mbit/s (108e rang mondial) et 4.64 Mbits/s (114e).

Par Moussa Diop
Le 24/08/2020 à 12h22, mis à jour le 24/08/2020 à 19h56