Fermer

Algérie: les marches populaires du Hirak doivent être "déclarées", rappellent les autorités

Mise à jour le 09/05/2021 à 21h21 Publié le 09/05/2021 à 21h14 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Manifestations à Alger
© Copyright : DR

#Algérie : Les marches hebdomadaires du Hirak, le mouvement de contestation antirégime en Algérie, doivent faire l'objet d'une "déclaration" préalable auprès des autorités, mentionnant notamment l'itinéraire de la manifestation, a rappelé dimanche le ministère de l'Intérieur.

"Les organisateurs des marches sont tenus à la déclaration, auprès des services compétents, des noms des organisateurs de la marche, des heures de début et de fin, de l'itinéraire et des slogans", a souligné le ministère dans un communiqué diffusé par l'agence officielle APS.

Le non-respect de ces procédures "dénue la marche de tout caractère légal" et "implique un traitement en conséquence", est-il ajouté.

Pour la première fois depuis la reprise des marches du Hirak en février, les manifestants ont changé vendredi de parcours pour contourner les nombreux cordons et véhicules de police qui barraient l'accès à la grande artère Didouche Mourad, près de la Grande Poste, lieu emblématique de rassemblement des hirakistes à Alger.

Après la prière du vendredi, le cortège venant du quartier populaire de Bab El-oued, un des fiefs de la contestation, s'est dirigé vers Belouizdad (ex-quartier Belcourt), autre bastion du Hirak, au lieu de rallier, comme chaque vendredi, le centre-ville.

>>> LIRE AUSSI: Vidéos. Algérie: 115e mardi du Hirak: la mobilisation ne faiblit pas, la répression non plus

"Il a été constaté récemment que les marches hebdomadaires commencent à enregistrer de graves dérapages (...) du fait d'individus changeant, à tout moment, l'itinéraire sous prétexte d'être libres de marcher dans n'importe quelle direction", a dénoncé le ministère de l'Intérieur.

"Le pouvoir est démasqué, sa volonté d'en finir avec le Hirak et d'interdire les marches pacifiques est révélée au grand jour", a réagi la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH), en qualifiant la décision du régime d'"insensée et illégale".

"L'Algérie Nouvelle s'installe dans la dictature", a estimé le vice-président de la LADDH, Saïd Salhi, dans un communiqué.

Le 30 avril, la police avait dispersé à coups de matraques la marche du Hirak à Alger et procédé à plusieurs arrestations. La plupart des personnes interpellées ont été relâchées.

>>> LIRE AUSSI: Algérie: jusqu'à 20 ans de prison à l’encontre des perturbateurs des élections

A l'approche des élections législatives anticipées du 12 juin, rejetées par le Hirak, la répression s'accroît en Algérie, estiment les organisations de défense des droits humains.

Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), une association d'entraide, plus de 70 personnes sont actuellement incarcérées, poursuivies pour des faits en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles.

Dans un communiqué publié vendredi, Amnesty International a qualifié d'"inacceptables le recours illégal à la force et les détentions arbitraires".
Le 09/05/2021 Par Le360 Afrique - Afp