Economie

Droit des affaires: la RDC célèbre 10 ans d'adhésion à l'OHADA

Cela fait 10 ans que la République démocratique du Congo fait partie de l’Organisation pour l'harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA).

Par Christian Nyamabu Kabeya (Kinshasa, correspondance)
Le 19/09/2022 à 10h05, mis à jour le 20/09/2022 à 14h28
Droit des affaires: la RDC célèbre 10 ans d'adhésion à l'OHADA
le360 Afrique/Christian

Le barreau de Kinshasa-Gombe a organisé des assises à l'occasion du 10e anniversaire de l'adhésion de la République démocratique du Congo (RDC) à l'Organisation pour l'harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA). Divers scientifiques et experts se sont ainsi réunis pour réfléchir sur le bilan de ces 10 ans après et le bénéfice que la RDC en a tiré.

Représentant le chef de l'Etat à ce colloque, le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde a salué l'initiative et reconnu son importance pour la RDC. «Ayant compris l'importance que revêt l'Organisation pour l'harmonisation des droits des affaires en Afrique, le Président de la République, Chef de l'État, a impulsé le Gouvernement à veiller sur la régularité des contributions de notre Pays au sein de cette institution, et à ce jour, la République Démocratique du Congo est l'un des rares pays en ordre de payement», a-t-il dit dans on discours.

Le chef du gouvernement a également déclaré que «la Commission nationale OHADA constitue un modèle des pays africains, au point que ses animateurs sont régulièrement invités comme experts dans d'autres pays. Je voudrais ici féliciter le Professeur Roger Masamba Makela, Président de cette commission nationale, qui a travaillé d'arrache-pied en amont avec les autres experts pour l'adhésion réussie de notre pays à l'OHADA et, en aval, pour la vulgarisation de ce nouveau droit communautaire.» Et de souligner que la RDC pourra, au début de l'année 2023, être à la tête des conférences des chefs d'Etat et des gouvernements.

Rappelons que l'OHADA a pour vocation principale d'harmoniser et de moderniser les droits des affaires en Afrique afin de garantir dans les États membres la sécurité juridique et judiciaire des investissements.

Par Christian Nyamabu Kabeya (Kinshasa, correspondance)
Le 19/09/2022 à 10h05, mis à jour le 20/09/2022 à 14h28