Lesotho: l'ex-Premier ministre aurait versé 21 000 euros aux tueurs de sa femme

DR
Le 11/06/2020 à 09h58, mis à jour le 12/06/2020 à 08h49

L’ancien Premier ministre du Lesotho Thomas Thabane a versé 400.000 maloti (21 000 euros) aux tueurs qui ont assassiné sa première épouse en 2017, l’accuse la police dans un document versé au dossier.

Au pouvoir depuis trois ans, Thabane, 80 ans, a démissionné le mois dernier de ses fonctions après plusieurs mois de crise politique provoquée par sa mise en cause dans le meurtre de Lipolelo Thabane, juste avant son entrée en fonction.

L’ancien chef du gouvernement n’a pas été formellement inculpé mais reste sous la menace des juges.

Sa deuxième épouse Maesaiah Thabane, 43 ans, a elle été inculpée en février dernier et placée en détention provisoire la semaine dernière.

Dans un document remis mardi à la justice, l’adjoint au chef de la police du royaume, Paseka Moketa, a accusé Thomas Thabane et son épouse d’avoir payé des hommes de main pour se débarrasser de la victime.

“(Le couple) voulait tuer la victime de façon à ce que (Maesaiah Thabane) puisse devenir la Première dame”, y écrit Moketa, en ajoutant que “Thabane a lui-même désigné la résidence de la victime” aux assassins.

L’ex-Premier ministre a épousé sa deuxième femme deux mois après la mort de la première.

Selon le chef de la police, le couple avait promis aux tueurs une somme équivalente à près de 160 000 euros, à verser en plusieurs mensualités.

“Ils devaient été payés en liquide (…) et par le biais d’emplois s’ils parvenaient à exécuter la victime avant l’investiture du mis en cause en tant que Premier ministre”, précise le document.

Lors d’un entretien accordé à l’AFP en mai, Thomas Thabane a démenti toute responsabilité dans le meurtre de sa première épouse et mis hors de cause son actuelle femme.

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 11/06/2020 à 09h58, mis à jour le 12/06/2020 à 08h49

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800