Fermer

Ethiopie: un journaliste de l'agence Reuters placé en détention pour 14 jours

Mise à jour le 28/12/2020 à 14h40 Publié le 28/12/2020 à 13h20 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Ethiopie: un journaliste de l'agence Reuters placé en détention pour 14 jours

L'Ethiopie est sans cesse pointée du doigt en matière de liberté de la presse.

© Copyright : DR

#Autres pays : Un journaliste éthiopien indépendant travaillant pour l'agence de presse Reuters, Kumerra Gemechu, arrêté jeudi à Addis Abeba, a été placé en détention pour 14 jours, sans avoir été inculpé dans l'immédiat, a annoncé lundi l'agence canado-britannique.

Kumerra Gemechu, 40 ans, qui collabore en tant que caméraman indépendant avec Reuters depuis une décennie, a été arrêté chez lui jeudi soir "devant sa femme et ses enfants" par "environ 10 policiers armés", précise l'agence dans un communiqué.

"Vendredi, lors d'une brève audience, où aucun avocat n'était présent, un juge a ordonné la détention de Kumerra pour 14 jours supplémentaires pour donner le temps à la police d'enquêter, a dit la famille" du caméraman, selon Reuters.

Son téléphone, un ordinateur, des disques durs et des documents ont été saisis chez lui, selon sa famille.
 


>>>LIRE AUSSI: L'Ethiopie critique l'attitude du Soudan sur la question frontalière



"Aucune raison n'a été fournie à la famille concernant l'arrestation" et "la police n'a pas répondu aux demandes de commentaires de Reuters", poursuit l'agence.

Reuters indique n'avoir pu déterminer si l'arrestation de M. Kumerra est liée à sa couverture du récent conflit dans la région éthiopienne du Tigré et rappelle que les autorités éthiopiennes ont "accusé Reuters et d'autres médias internationaux (...) de couverture +fausse+ et +déséquilibrée+" de ce conflit.

Le gouvernement éthiopien a lancé le 4 novembre une opération militaire dans cette région dissidente du nord du pays afin d'en déloger les dirigeants locaux qui défiaient son autorité depuis des mois.

"Les journalistes doivent pouvoir couvrir l'actualité dans l'intérêt du public sans peur (de subir) des intimidations ou des atteintes physiques, où qu'ils soient. Nous ne relâcherons pas nos efforts tant que M. Kumerra ne sera pas libéré", a déclaré le rédacteur en chef de l'agence Stephen J. Adler. 

Reuters affirme également qu'un de ses photographes, Tiksa Negeri, a été frappé à coups de poings par deux policiers mi-décembre.
 


>>>LIRE AUSSI: Conflit au Tigré: l'Union européenne suspend le versement d'aides budgétaires à l'Ethiopie



L'Ethiopie, dont le Premier ministre Abiy Ahmed a obtenu en 2019 le prix Nobel de la paix, occupe le 99e rang sur 179 en matière de liberté de la presse dans le classement annuel de l'ONG Reporters sans frontières. 

Le Comité pour la Protection des journalistes (CPJ) a placé dans son rapport 2020 l'Ethiopie parmi les pays geôliers de journalistes. L'ONG rappelle qu'au moins sept journalistes ont été emprisonnés dans l'année, la plupart "accusés de crimes contre l'Etat" et que leur détention a été prolongée à plusieurs reprises sans qu'aucune preuve ne soit apportée.

Le 28/12/2020 Par Le360 Afrique - Afp