Fermer

La transition au Soudan vit sa "pire crise", selon le Premier ministre Abdalla Hamdok

Publié le 16/10/2021 à 11h51 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Abdallah Hamdok

Le Premier ministre soudanais Abdallah Hamdok.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le Premier ministre soudanais Abdallah Hamdok a estimé vendredi que la transition, engagée en 2019 après 30 années de dictature, traversait sa "pire crise" alors que les tensions au sommet du pouvoir sont au plus fort.


Dans une adresse à la nation faite alors que les blocs militaire et civil censés mener le Soudan vers des élections en 2023 ne cessent de se fracturer, M. Hamdok a évoqué pêle-mêle le coup d'Etat manqué du 21 septembre, les blocages de manifestants dans l'Est et la "crise politique sévère" actuelle.

>>> LIRE AUSSI : Soudan-Israël: pas de normalisation avant la fin de la transition à Khartoum prévue en 2022, selon Hamdok

"Je n'exagère pas si je vous dis que c'est la pire crise et la plus dangereuse pour la transition, elle menace le pays dans son ensemble et n'annonce rien de bon", a déclaré en préambule M. Hamdok à la télévision d'Etat.

Evoquant "les divisions profondes entre les civils, entre les militaires, et entre les civils et les militaires", il a estimé que "l'essence de la crise" se trouvait dans "l'incapacité à arriver à un consensus sur un projet national entre les forces révolutionnaires et du changement".

Signe que la gestion de la transition divise, la capitale est censée être le théâtre ces prochains jours de manifestations rivales.

>>> LIRE AUSSI : Soudan: qui est Abdallah Hamdok, un économiste de l'ONU devenu Premier ministre

Samedi défileront les forces qui ont récemment fait sécession au sein des Forces pour la liberté et le changement (FLC), fer de lance de la révolution populaire ayant renversé en 2019 Omar el-Béchir.

Et jeudi, le canal historique des FLC ont prévu de descendre dans les rues pour réclamer un transfert du pouvoir aux seuls civils.

Revenant sur la tentative de putsch du 21 septembre, menée selon le gouvernement par des officiers et des civils partisans de l'ancien régime de l'autocrate Omar el-Béchir, M. Hamdok a estimé que l'armée n'était "pas responsable".


Le 16/10/2021 Par Le360 Afrique - Afp